A l’occasion d’une visite des entreprises Wanecque, Happybulle et L’Escale des pirates, Alain Anziani, Maire de Mérignac, et Marie Récalde, adjointe au Maire déléguée au développement économique, sont revenus sur l’étude sur la création d’entreprise de l’Observatoire économique de la Ville. Signe de dynamisme et d’attractivité économique, 1326 entreprises ont été créées en 2017 à Mérignac.

Entre 2010 et 2017, les créations d’entreprises ont augmenté de 164% à Mérignac. Ce chiffre représente le double des chiffres nationaux (+82% sur la même période en France). Il s’explique par la présence sur le territoire de 7 centres d’affaires (qui accueillent près de 500 domiciliations), la présence de Bordeaux Technowest (pépinière et incubateur), et bien sûr par le fort dynamisme économique que connaît la ville.

L’Observatoire économique de la ville de Mérignac a réalisé une étude sur la création d’entreprise en prenant en compte l’ensemble des entreprises créées entre 2012 et 2014. Ce ciblage permet d’avoir un recul suffisant pour mesurer la viabilité et l’impact économiques de ces jeunes entreprises.

Au total, on dénombre 2374 créations d’entreprises entre 2012 et 2014. On distingue parmi elles 1183 créations nettes et 1191 établissements secondaires. Le terme « création nette » concerne les créations d’entreprises ex-nihilo ne possédant aucun lien juridique avec une société mère. A contrario, un établissement secondaire est une filiale, une antenne, une agence, un bureau créé par une société mère. Le nombre important d’établissements secondaires à Mérignac est un très bon indicateur de l’attractivité du territoire.

En moyenne, le taux de mortalité des entreprises, à 5 ans, toutes structures confondues est de 53%.

Il existe une corrélation entre la création d’entreprise et le chômage. De fait, une augmentation des créations est souvent un marqueur de l’augmentation du taux de chômage. Néanmoins, la création d’entreprise génère aussi des emplois. Les établissements qui sont souvent des implantations ou transferts de filiales sont fortement pourvoyeurs d’emplois (Lyonnaise des eaux (200) ; Solvarea (97) ; GSF Atlantis (300)…). Les jeunes entreprises créées ex nihilo entre 2010 et 2014 ont entraîné la création de 166 emplois (Escale des Pirates (30) ; Park and trip (12) ; Coach maison (16) ; Skeyetech (12) ; Wanecque (34)…).

Comme ont pu en témoigner les entrepreneurs qui ont accueilli la délégation dans leurs établissements, la création d’entreprises est une aventure périlleuse. Si Mérignac est un terreau économique fertile, la force de caractère, le capital relationnel, les moyens financiers alloués au projet sont autant de facteurs de réussite.

La métallerie de prestige Etablissements Wanecque a été créée en octobre 2012, par Romain Wanecque, à l’issue de ses études et financée par ses économies personnelles. Elle réalise aujourd’hui 4 millions d’euros de chiffre d’affaires, pour un capital social de 346.000 euros et emploie 35 salariés en CDI.

Happybulle, de son côté, a d’abord été constituée en auto-entreprise en 2011 au domicile des fondateurs, puis en SARL en 2014. Happybulle réalise des bijoux à partir de dessins d’enfants. L’entreprise propose maintenant 500 références en catalogue et emploie entre 8 et 15 personnes en fonction de la saisonnalité. Happybulle a déjà déménagé deux fois, de Mérignac à Mérignac.

Quant à l’Escale des pirates, sa création remonte à 2013. Il s’agit du plus grand restaurant à thème de France. Il emploie 30 salariés en CDI. Le restaurant a été victime d’un incendie en juillet 2017. Sa réouverture est prévue fin octobre.


Contact presse

Virginie Bougant, chargée de communication – Ville de Mérignac, 05 56 55 66 18 – 06 27 52 48 69

v.bougant@merignac.com

Télécharger et lire le communiqué au format PDF :