Economie

En 1975, deux usines de Thomson-CSF (rebaptisé Thales en 2000) ouvrent leurs portes dans l’agglomération bordelaise, la première au Haillan, consacrée à l’avionique générale, la seconde à Pessac, spécialisée dans les radars. Le site de Pessac, dont Thales est propriétaire, augmente sa surface d’un tiers en 2002.

Au début des années 2010, chacun des deux sites emploie 1.000 salariés environ, mais le groupe considère que les usines sont désormais vétustes et examine la possibilité d’une réorganisation. C’est en avril 2013 que Jean-Bernard Lévy, le PDG de Thales, annonce aux salariés la décision du regroupement à Mérignac sur un terrain de 15 hectares situé en face de l’usine Dassault Aviation.

L’investissement de Thales dans ce projet est de 220 millions d’euros, le plus gros investissement privé dans l’agglomération bordelaise depuis une quarantaine d’années (Ford à Blanquefort en 1971). En parallèle, la CUB décide de construire une nouvelle voie de 1,5 km pour desservir le campus, tandis que Dassault Aviation fait construire une usine de maintenance hyper-moderne pour ses Falcon.

En avril 2014, Michel Matthieu, le PDG des activités avioniques, annonce sa décision de transférer de Meudon à Mérignac la plus grosse partie du centre de recherche et de développement, puis le siège mondial de Thales Avionique. La première pierre est posée le 10 avril 2015.

Le campus, dessiné par Jean-Philippe Le Covec, se compose de 60.000 mètres carrés de surface de plancher (9 bâtiments) réalisés en 18 mois par le promoteur toulousain GA, qui utilise la méthode BIM (building intelligence modeling). L’ensemble, classé secret défense, est livré en septembre 2016 et accueille aujourd’hui près de 2.800 emplois.


Informations complémentaires

En savoir plus

Pour ne rien manquer de l'actualité économique à Mérignac : abonnez-vous à nos lettres d'information