Economie
A la suite d’une première présentation au salon du Bourget, le conseil municipal avait voté le 26 juin dernier la participation de la ville (25.000 euros) au financement de l’étude d’opportunité de création d’un lieu vitrine de l’aéronautique sur le territoire de l’Opération d’Intérêt Métropolitain (OIM).

Ce projet, baptisé Tarmaq, devrait être la deuxième phase du Cœur d’Aéroparc, prévue après une première tranche de 7.000 m² qui accueillera dès 2019 le futur siège et la future usine à start up de Bordeaux Technowest.

L’assemblée générale d’Aerocampus, qui s’est tenue mardi 14 novembre, a apporté quelques précisions dans l’attente du rendu final de l’étude, prévu en décembre. Le projet est ambitieux puisqu’il s'agit de faire de Tarmaq le pendant aéronautique de la Cité du Vin, y compris dans son montage financier, avec un lieu d'exposition pour les avions du Conservatoire de l'Air et de l'Espace, hébergés actuellement sur la BA 106, un parc d'attractions et, enfin, une offre de formation.

Tarmaq serait implanté sur 10 hectares, le long de l’avenue Marcel Dassault, près des usines Dassault Aviation et Thales, qui co-financent l’étude en cours. Le projet, d'un coût global de 80 millions d'euros, vise 200 à 250.000 visiteurs par an.


Pour aller plus loin

Site internet d'Aerocampus Aquitaine

Ouvrir le site

Abonnez vous à la lettre d'information économique