Solidarité
Aujourd’hui encore, des femmes sont tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. Parce que réagir peut tout changer, il existe un numéro anonyme et gratuit : le 3919, un numéro national d’écoute et d’orientation anonyme et gratuit pour mettre fin au cycle des violences.

Tous les 3 jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint

La persistance des violences sexistes et sexuelles, dont les femmes continuent d’être encore aujourd’hui trop massivement victimes, est intolérable dans un État de droit. Malheureusement, les violences sexistes et sexuelles persistent et toutes les femmes sont touchées quel que soit leur âge, leur catégorie socio-professionnelle ou leur origine. En 2018, une femme est morte tous les trois jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint. Depuis le début de l’année 2019, 92 femmes (chiffre au 19 août 2019) sont mortes assassinées dans ces conditions. Il est temps que chacun agisse pour lutter contre ce fléau.


Lutter contre les violences

Pour agir contre les violences, il faut être informé. Outre les numéros d’urgence (police, gendarmerie ou pompiers), des outils de prévention, d’information et de signalement dédiés existent pour éviter et lutter contre ces violences :


Le 3919, un numéro anonyme et gratuit

Parmi les différents outils disponibles pour réagir face aux violences sexistes et sexuelles, le 3919, numéro d’écoute national, anonyme et gratuit, oriente et accompagne les victimes mais aussi les témoins, pour mettre fin au cycle des violences. Il nous invite tous à agir, pour ne rien laisser passer. Malheureusement, encore trop peu de personnes connaissent ce numéro.


Qu’est-ce que le 3919 ?

  • Depuis 1992, c’est le numéro national d’écoute téléphonique et d’orientation destiné aux femmes victimes de violences sexistes, à leur entourage et aux professionnels concernés.
  • L’appel est anonyme et gratuit 7 jours sur 7, de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedi, dimanche et jour fériés, en métropole comme dans les départements d’outre-mer.
  • Le 3919 n’est pas un numéro d’urgence : en cas de danger immédiat, il faut appeler la police, la gendarmerie ou les pompiers en composant le 17, le 112 ou le 18.

A quoi sert le 3919 ?

  • Le 3919 assure un premier accueil pour les femmes victimes de violences (violences conjugales, violences sexuelles, mariages forcés, mutilations sexuelles, violences au travail).
  • Il garantit une écoute, une information et, en fonction des demandes, une orientation adaptée vers les associations nationales ou locales partenaires les mieux à même d’apporter une aide.
  • Une équipe de professionnelles assure une écoute bienveillante en instaurant un climat de confiance qui permet à la personne (femmes, victimes, tiers) de parler de la situation et de clarifier l’analyse qu’elle en fait. L’objectif de cette écoute est de permettre à la personne d’agir, grâce à une information appropriée sur les démarches à suivre et sur le rôle des intervenants sociaux.

Par qui est géré le 3919 ?


La plateforme de signalement en ligne des violences sexistes et sexuelles


Qu’est-ce que la plateforme de signalement en ligne ?

  • Depuis 2018, un portail de signalement en ligne des violences sexistes et sexuelles a été mis en place. Il est accessible à l’adresse : www.signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr.
  • Il est disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. L’accès à ce service est gratuit et sans obligation de déclarer son identité. Seul le lieu de résidence est renseigné, afin que les victimes soient orientées vers la police ou la gendarmerie.

A quoi sert cette plateforme ?

  • Cette plateforme de signalement en ligne facilite les démarches des victimes en assurant un accueil personnalisé et adapté. Il s’agit d’une discussion interactive instantanée, permettant un dialogue individualisé avec un policier ou un gendarme spécifiquement formé à la prise en charge des victimes de violences sexuelles et sexistes.
  • L’objectif est d’accompagner les victimes vers le dépôt de plainte ou, dans l’hypothèse où elles ne seraient pas prêtes, de leur permettre d’être orientées vers les partenaires du ministère de l’Intérieur afin de faciliter leur prise en charge sociale et/ou psychologique.
  • En dehors de l’action pénale, cette plateforme permet d’informer les victimes sur leurs droits. Ce portail de signalement peut également être utilisé par un tiers (famille, entourage) témoin de violences sexistes ou sexuelles pour signaler des faits à la gendarmerie ou à la police.

Par qui est gérée cette plateforme ?

  • Cette plateforme est gérée par le ministère de l’Intérieur.
  • Les répondants, des policiers ou gendarmes spécialement formés, s’appuient sur un réseau d’associations et de professionnels formés à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles afin de proposer un accompagnement adapté : le réseau des intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie, le dispositif des psychologues en commissariat et le soutien des associations d’aide aux victimes.

Le site web dédié arretonslesviolences.gouv.fr

  • Depuis 2018, le site web www.arretonslesviolences.gouv.fr dédié aux violences sexistes et sexuelles a été mis en place.
  • En cas de danger, un bouton permet de quitter rapidement le site et un guide est proposé pour effacer les traces de son passage.
  • Que vous soyez victime ou témoin de violences sexistes et sexuelles ou simplement un professionnel du secteur, que vous cherchiez de l’aide ou des renseignements sur le sujet, ce site est fait pour répondre à toutes vos interrogations : quels sont les différents types de violences ? quelles sont les associations près de chez moi ? Que dit la loi à ce sujet ?

Le compte Twitter Arretons-les !

  • Depuis 2019, le compte Twitter Arrêtons-les ! a vu le jour.
  • Il s'agit compte Twitter officiel de ressources à destination des femmes victimes de violences. Vous y retrouvez toutes les actualités sur le sujet : les dernières lois, les numéros à appeler en cas de besoin, etc.

Il est aujourd’hui primordial que ces outils soient mieux connus pour permettre à chacune et chacun de rompre l’isolement et d’engager des démarches qui sauvent des vies, que l’on soit soi-même victime ou simplement témoin.


La Journée Internationale pour l’élimination de la Violence contre les Femmes

Les Nations unies ont choisi la date du 25 novembre comme la Journée Internationale pour l’élimination de la Violence contre les Femmes.

Engagée depuis longtemps contre les discriminations et pour l’égalité, Mérignac soutient ce temps fort de mobilisation et de sensibilisation. Mais aussi toute l’année : le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) tient une permanence dans le cadre du Point d’Accès au Droit de Mérignac à la Maison des associations, les 1er et 3ème mardis matins du mois (sur rendez-vous au 05 56 44 30 30).