Développement Durable
À partir du 15 septembre, Mérignac éteindra la lumière ! Partout, toute la nuit ? Non, l'extinction de l'éclairage public aura lieu d'1h30 à 5h, sauf sur la place Charles de Gaulle et en dehors des grands temps de fête. Une mesure qui vise à économiser l'énergie, réduire la pollution lumineuse pour préserver la biodiversité... et le porte-monnaie.

La pollution nocturne est avérée : en 2015, la France comptait 11 millions de points lumineux, soit 2.5 millions de plus qu'en 2009. On le sait moins, mais l'éclairage public mondial représente aujourd'hui 6% des émissions de gaz à effet de serre !

Cette réalité a déjà décidé 12 000 communes en France, dont le Taillan-Médoc (depuis septembre 2015), Saint-Médard-en-Jalles et plus récemment Pessac et Eysines à s'inscrire dans le mouvement qui préconise l'extinction de l'éclairage public. Mérignac, qui depuis plusieurs années a engagé des actions de réduction de ses consommations énergétiques et réduit le nombre des points lumineux sur l'espace public, s'apprête donc à appuyer sur l'interrupteur.

Un effet sur l'équilibre écologique

Effective à partir du 15 septembre 2017, entre 1h30 et 5h du matin, l'extinction devrait entraîner une économie d'environ 170 000 euros par ans, soit 19% de la facture d'électricité pour l'éclairage public de la ville en 2016. Mais limiter la pollution lumineuse est aussi et surtout un moyen de préserver l'environnement.

"Les halos de lumière ont des effets sur la flore et la faune : des oiseaux sont désorientés, des insectes nocturnes s'agrègent autour des réverbères, attirant des chauves souris qui finissent par consacrer trop de temps à se nourrir et moins à se reproduire.. Quand l'alternance jour-nuit n'est pas respectée, c'est un équilibre écologique subtil qui est menacé. Réduire la consommation d'énergie ne réglera pas tous les problèmes, mais rétablira en partie cette harmonie naturelle"
Mission Agenda 21 de la Ville.

Moins de lumière, pas moins de sécurité

Que les Mérignacais se rassurent, il n'est pas question de plonger la ville dans le noir dès le coucher du soleil, mais seulement entre 1h30, alors que passent les derniers transports en commun, et 5h du matin quand piétons et voitures se font rares. Moins de lumière, ce n'est pas plus d'insécurité. Au contraire, des expériences comme l'extinction des réverbères le long de la rocade, s'accompagnent d'une réduction de la vitesse... et d'une baisse du nombre d'accidents.

Toutefois, par mesure de sécurité, la municipalité qui a lancé une campagne d'information, accompagne cette mesure par un renforcement de la signalisation (bandes réfléchissantes, etc) aux abords d'éventuels obstacles. Seule la place Charles de Gaulle, qui bénéficie d'un système de vidéosurveillance, restera éclairée. Partout ailleurs, on pourra relever la tête pour tenter de voir les étoiles... Mais quand les festivités battront leur plein (fête de la musique, etc), Mérignac rallumera la lumière !