Portrait
Initié par la municipalité, le projet d’habitat participatif à Beutre propose une troisième voie entre location et accession classique à la propriété. Six ménages sont actuellement en train d’élaborer le logement de leurs rêves. Il reste encore des places !

Dans le collectif du "Nid", il y a Sophie et Loïc et leur tribu de famille recomposée, mais aussi Francisco, Aurélia et leur petit Léo et encore deux couples sans enfant, une jeune célibataire et une nouvelle retraitée. Des ménages aux besoins différents, mais tous unis dans une grande, aventure : concevoir ensemble le logement de leurs rêves !

L’histoire a commencé en avril 2017, sous l’impulsion de la municipalité et notamment de Gwenaëlle Girard, conseillère municipale déléguée à l'Habitat participatif et à l'éco-construction. Cette année-là, la Ville de Mérignac organise une première réunion publique autour de la création d’un habitat participatif à Mérignac. Le projet séduit : la première brique de paille devrait être posée début 2020.

"Dès le départ, le concept m’a interpellée. Pour abriter ma grande famille, je cherchais un logement qui corresponde à mes valeurs et à mes préoccupations environnementales", Sophie François, membre du collectif "Le Nid".

Sur un terrain arboré

Pour mettre en oeuvre ce projet innovant, la Ville a d’abord proposé un terrain communal. Situé chemin de Pagneau, dans le centre de Beutre, le site arboré d’environ 2 500 m2 est proche des commerces, de l’école et du centre de loisirs.
Pour la maîtrise d’ouvrage, la municipalité a fait appel à Axanis. Cette filiale du groupe Aquitanis a notamment réalisé« La Ruche » à Bègles.

Le nid cherche ses futurs voisins

Très branché par la défense de l’environnement, le collectif "Le Nid" s’est constitué autour de la création d’une charte, posant les règles de leur vie commune. Au menu : solidarité, partage des compétences et des espaces de vie et réduction de l’empreinte écologique. Et si chacun conçoit son logement à la carte avec un cabinet d’architectes dédié, les espaces partagés et les matériaux de construction ont été définis ensemble.
Bâtis en ossature bois, les 15 logements devraient sortir de terre en 2020. Ils accueilleront un potager partagé, mais aussi une buanderie commune et une salle polyvalente avec cuisine et médiathèque.

"Cette salle sera ouverte aux enfants pour les devoirs. Mais, on pourra y manger ensemble ou organiser des ateliers avec les voisins", explique Sophie François.

Car le collectif « Le Nid » se veut ouvert aux autres et cherche de nouveaux partenaires. Avis aux amateurs : il reste encore des places à prendre.



Envie de rejoindre le collectif "Le Nid" ?

Contactez Sophie François au 06 26 15 15 14 ou par email : sofyfrancois@orange.fr

Site internet (page Facebook) : www.facebook.com/LE.NID