Portrait

Décès de Michel Sainte-Marie : Mérignac est en deuil.
La Ville met ses drapeaux en berne et organisera un hommage dans les prochains jours. Un cahier de condoléances est ouvert à l'accueil de l'Hôtel de ville. Ses obsèques seront célébrées lundi 4 mars à 10h à l'église Saint-Vincent.

« C’est avec une grande tristesse et beaucoup d’émotion que j’ai appris la disparition de Michel Sainte-Marie. Michel Sainte-Marie est une grande figure de Mérignac et de l’agglomération bordelaise. Il a joué également un rôle significatif dans l’actualité nationale aux côtés de Pierre Mauroy à qui il aimait rendre hommage.

Né à Bayonne en 1938, ce professeur de physique-chimie, membre fondateur de la fédération Léo Lagrange, adhère à la SFIO dès 1958 et devient premier secrétaire de la fédération socialiste girondine en 1971. Cette même année, il entame son premier mandat d’adjoint au Maire de Mérignac.


Elu Député de la Gironde en 1973, il devient Maire de Mérignac après le décès de Robert Brettes en 1974.

Président de la Communauté Urbaine de Bordeaux en 1977, il aura initié avec Jacques Chaban-Delmas cette culture de la cogestion propre à l’institution devenue métropolitaine, pour conduire de grands projets dans l’intérêt général.


Lettré, fin mélomane, réfléchi mais vif dans son action, il était d’une grande lucidité et d’une forte opiniâtreté. Homme de valeurs et d’engagement, il aura façonné l’image de notre ville qui lui doit son dynamisme, son large essor économique, sa solidarité sociale mais aussi son rayonnement culturel, avec l’émergence du Pin Galant, du Krakatoa, du cinéma et de la Médiathèque.


La Ville met ses drapeaux en berne et organisera un hommage dans les prochains jours.


J’adresse à son épouse mes plus sincères condoléances. »


Alain Anziani
Maire de Mérignac

Lire le communiqué de presse