Jeunesse
La crise sanitaire et sociale prive les étudiants de leurs salles de cours, de leurs groupes d’amis et de leurs petits boulots… Pour les plus démunis d’entre eux, la situation est inquiétante. À Mérignac, face à cette précarité grandissante, la Ville et ses partenaires apportent des réponses.

L'Espace Info Jeunes à l'écoute des jeunes

Ils s’appellent Karim, François, Vicky ou Elsa, ils ont entre 18 et 26 ans... et la pandémie plombe leur moral. « Beaucoup poussent notre porte pour venir passer un peu de temps ici et sortir de leur quotidien morose », explique-t-on à l’Espace Info Jeunes. « Très peu ont repris les cours en présentiel. Ils restent chez eux et quand ils peuvent sortir, c’est l’heure du couvre-feu. On sait qu’ils ont besoin de parler et d’évoquer leurs problèmes, alors on part en triporteur à leur rencontre sur la place du Charles-de- Gaulle entre midi et deux, ou au coeur des quartiers avec les animateurs accompagnés de deux jeunes volontaires en service civique volontaire à l’Espace Info Jeunes. On essaie de les mettre en relation, de créer du lien là où il commence à se distendre » explique la coordinatrice de l’Espace Info Jeunes.

Et comme les jeunes sont aussi sur les réseaux sociaux, l’Espace Info Jeunes marque sa présence dans le monde virtuel via le dispositif « promeneurs du Net » par exemple. Les animateurs sont formés pour leur répondre de manière simple et efficace. Ils leur fournissent toute l’information pertinente sur leur orientation, l’emploi, la santé, la mobilité, les loisirs…

« Les jeunes marchent à l’esprit de groupe et là ils n’arrivent plus à se retrouver pour échanger », résume la coordinatrice de l’Espace Info Jeunes. Sur la page Facebook et le compte Instagram @Merignacjeunesse, des posts les invitent donc à se rapprocher des instances mérignacaises qui peuvent les aider.


Décrocher un stage c'est une vraie galère. En formation professionnalisante, le stage est un passage obligatoire. Mais cette année c’est la grosse galère : avec la pandémie, les employeurs ont tendance à fermer leurs portes. On doit faire toutes les démarches en visio, sans jamais se présenter physiquement. Ce n’est ni confortable ni motivant. Heureusement, j’ai la chance de côtoyer l’Espace Jeunes de Mérignac qui m’a mise en relation avec la mairie. J’ai décroché un stage de 7 semaines au service cohésion sociale. J’ai quelques jours de présentiel à la mairie, mais une grande partie de ma mission se déroule en visio.
Elsa Leite, 18 ans, en DUT carrière sociale option gestion urbaine et solidarité

Jobs d’été et départs pour l’étranger

À l’intérieur de l’Espace Info Jeunes, les étudiants ont accès à 5 PC connectés, ils peuvent scanner, imprimer et relier gratuitement un mémoire mais aussi trouver de l’aide pour rédiger CV et lettres de motivation, voire rechercher un stage ou un job d’été. La pandémie interdit le job dating ? Qu’à cela ne tienne : du 29 mars au 3 avril, sur les réseaux sociaux, les animateurs ont consacré un padlet (Mur virtuel collaboratif en ligne) quotidien aux secteurs qui recrutent : agriculture, tourisme, aide à la personne ou camping... Et les speed datings ont bien eu lieu, mais sur la plateforme virtuelle de meetinglab. Les étudiants qui rêvent de s’échapper à l’étranger peuvent aussi trouver de l’aide auprès de leurs animateurs : « Nous les informons sur les modalités de départ via le volontariat ou Erasmus. Certains pays rouvrent leurs frontières. S’ils ont une petite chance de partir, ils peuvent la trouver ici reconnaît la coordinatrice.


Quand guette le décrochage scolaire...

La pandémie érode les meilleures volontés. « Quand on est isolé chez soi, les études ont moins de sens et l’on peut être tenté d’abandonner », reconnaît Pierre Sauvey, président de la Mission Locale Technowest et conseiller municipal délégué à l’emploi. « Nous voyons de plus en plus de jeunes décrocher. Ils sont les bienvenus à la MLT qui, par définition, accueille les NEET : ni en emploi, ni en étude, ni en travail. » L’étudiant qui craque peut prendre rendez-vous avec un psy pour lui exposer ses problèmes (partenariat MLT, université de Bordeaux, Plie des graves). S’il veut se réorienter, il peut trouver de l’aide auprès de l’ERIP (Espace Régional d’Information de Proximité) qui l’aiguillera vers une formation, un métier ou lui permettra de décrypter le milieu économique régional.

Autre porte ouverte : la fabrique à projets de la MLT, un service qui épaule les jeunes porteurs d’un projet de création d’entreprise, d’un projet associatif, culturel ou artistique.


Certains ont le sentiment de faire partie d’une génération sacrifiée. Nos élèves ont du mal à se projeter dans leurs études. Ils ont beaucoup d’interrogations sur leur avenir et les voeux de Parcours Sup ont été encore plus compliqués à faire cette année. En classe, l’organisation en demi-présentiel a distendu les liens entre camarades. Ils se perdent de vue. Certains ont le sentiment de faire partie d’une génération sacrifiée. La crise va laisser des séquelles chez tout le monde, mais j’ai le sentiment que les jeunes de cette génération vont essuyer les plâtres.
Franck Prud'Homme, Proviseur des Lycées Daguin et Dassault

… il existe des solutions

La Mission Locale Technowest (MLT) c’est aussi un service emploi qui met en relation les jeunes et les employeurs, via un dispositif de parrainage. Par ailleurs, des salons en ligne sont organisés pour faciliter la découverte des métiers en alternance, accéder à des offres d’emploi ou des simulations d’entretien. Les étudiants peuvent aussi se tourner vers la plateforme gouvernementale #1jeune/1solution. Lancée à l’été 2020, elle mobilise différents leviers comme des aides à l’embauche, des formations... Avec pour objectif de ne laisser personne sur le bord de la route. Enfin, l’appli mobile « Ma mission locale » permet un regard complet sur l’ensemble des mesures dédiées aux jeunes du territoire : emploi, évènement, stage, prise de rendez-vous, formation, infos pratiques… le tout accessible en un clic !

Et parce qu’un décrochage est toujours possible, le dispositif « garantie jeunes » propose un accompagnement à l’emploi et des aides financières.

La MLT c'est quoi ? La Mission Locale Technowest accompagne les 16-25 ans sur la durée, jusqu’à l’autonomie. En 2019, elle a reçu 1 536 jeunes en premier accueil sur l’ensemble des 16 communes. Mérignac représente environ 1/3 de ces chiffres.


Venez phosphorer à la Médiathèque

La Médiathèque met une vaste salle à la disposition des jeunes qui veulent étudier hors des quatre murs de leur studio ou de la maison parentale. Elle est aussi calme qu’une pièce de la BU !

Le secret, c'est de continuer à se projeter. Il m’est impossible de suivre les cours de Sciences Po pour ma 2ème année, car elle est traditionnellement consacrée à la mobilité. J’aurais dû partir en Espagne avec Erasmus, mais la pandémie en a décidé autrement. Pour ne pas perdre de temps, je me suis inscrite à la fac d’histoire de Bordeaux, en distanciel. Le tableau n’est pas si noir : mes cours sont intéressants et complémentaires de ma formation en Sciences Po. J’habite chez mes parents à Mérignac, mais je me sens chanceuse : je suis à l’abri et je n’ai pas de problème d’argent. Je lis beaucoup, je vais régulièrement à la Médiathèque, je fais mon footing dans le parc de Bourran, et j’ai même pu trouver un job de vendeuse chez Mollat au mois de décembre. Mon secret pour ne pas perdre pied, c’est de me projeter : j’apprends à jouer du ukulélé toute seule avec des tutos, j’ai organisé deux anniversaires de copines qui fêtaient leurs 20 ans et les vacances de ma famille en Bretagne. En cherchant bien sur le Net, j’ai réussi à me trouver un stage dans une école de langue anglaise pour trois semaines en août. Ensuite, je partirai en Espagne !
Gwladys Nicot Courvoisier, 20 ans, en 2ème année à Sciences Po Bordeaux


Mérignac se projette pour les jeunes

En parallèle des soutiens que la Ville apporte aux étudiants, elle continue de se projeter pour leur offrir un avenir meilleur. Ainsi, Mérignac planche sur la création d’un lieu de vie pour les étudiants en centre-ville, sur des espaces de vie de proximité et des coworkings où ils pourront venir travailler, sur des aménagements sportifs pour qu’ils reprennent leurs activités favorites comme le skate park et l’espace de glisse au Jard, et peut-être bientôt une aire de glisse au Burck. Leur bienêtre nous importe autant que leurs idées et leur envie de prendre part aux décisions politiques : pour les jeunes, nous créons une instance de participation citoyenne que nous présenterons en conseil municipal au mois de juin.
Jean-Charles Astier, Conseiller municipal, délégué à la jeunesse et aux relations avec le mouvement sportif


Aides et initiatives


Des paniers alimentaires pour les 15-30 ans

La Région Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec la Fédération des centres sociaux 33 et la banque alimentaire de Bordeaux et de Gironde, propose une aide alimentaire pour les jeunes de 15 à 30 ans, hors étudiants (Pour les étudiants, une aide spécifique existe déjà depuis 1 an).
Prévu pour au moins 6 mois, ce coup de pouce complémentaire s’appuie sur les structures jeunesse des communes (missions locales, centres sociaux, Espace Info Jeunes, associations, etc.). Solidaire, Mérignac contacte donc les jeunes de son territoire qui pourraient avoir besoin de cette aide. À eux ensuite d’aller retirer leur colis gratuit. Ce panier alimentaire représente l’équivalent de 16 repas par semaine.

Mérignacais, comment bénéficier de ces paniers ? Vous êtes...

  • Étudiants : Inscrivez-vous directement sur le site du CROUS : www.crous-bordeaux.fr/actualite/distributionde-colis
  • Majeur et suivi par le CCAS : Contactez directement le CCAS au 05 56 55 66 55 ou par e-mail sur ccas@merignac.com
  • Âgé de 15 à 30 ans et non suivi par le CCAS : Contactez l’Espace Info Jeunes au 05 57 00 02 40 ou par e-mail à l’adresse suivante : bij@merignac.com.


De nombreux outils pour aider les jeunes

  • DestiNAction : La région finance les jeunes qui ont un projet de départ en vacances et leur octroie 130 € (vers la France) ou 250 € (vers l’Europe). Une façon de les aider à se projeter. les-aides.nouvelle-aquitaine.fr. Plus d’infos auprès de l’Espace Info Jeunes.
  • L’animation recrute : Le service jeunesse va organiser une session pour permettre aux jeunes (à partir de 17 ans) de décrocher le BAFA (Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur).
  • Une réflexologue à l’Espace Jeune : Le service jeunesse oeuvre aussi pour le bien-être des jeunes et met à leur disposition une réflexologue (sur rdv individuel à l’Espace Jeunes).
  • Elle apaise les angoisses dans cette période où les raisons de stresser sont légion et où le recours trop facile à l’automédication peut se révéler dangereux.
  • Plateforme d’écoute : www.soutien-etudiant.info, mise en place par l’Espace Santé Étudiants du campus.
  • Promeneurs du Net : www.promeneursdunet.fr
  • Départ à l’étranger : generation.erasmusplus.fr/sejour-bourse-erasmus-etudiant
  • 1 jeune, 1 solution : www.1jeune1solution.gouv.fr
  • Appli Ma Mission Locale : arml-na.fr/lancement-de-lapplication-mobile-ma-mission-locale
  • Ripiano régale : Le restaurant mérignacais Ripiano et l’association « les gratuits solidarité » ont distribué 150 repas complets à des étudiants précaires sur le campus et dans le village 6 de Talence pour la Saint- Valentin. Au menu une pizza, une salade, un dessert et un café. Une belle initiative, relayée par la Ville de Mérignac sur les réseaux sociaux.