Economie
Bruno Delaporte, directeur général d'Oxbow depuis 2013, était l'invité du petit-déjeuner La Tribune, organisé mercredi 30 mai à l’hôtel Intercontinental de Bordeaux.

Oxbow, qui est une des marques les plus emblématiques du territoire, a en effet connu, au début des années 2010, une « descente aux enfers » qui aurait pu lui être fatale.

Victime d’une crise mondiale qui a touché la plupart des entreprises du secteur et de quelques erreurs de gestion (5 directeurs généraux en sept ans…), la marque est en effet passée de 78 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2008 à 43 millions en 2013 et 7 millions de pertes.

Oxbow s’est alors recentrée sur ses fondamentaux, comme la puissance de la marque, son ancrage régional ou les liens avec ses distributeurs historiques, tout en adoptant une gestion plus rigoureuse (réorganisation interne, collections plus rationnelles et moins prolifiques, abandon des points des ventes et des activités non rentables, …).

La méthode porte pour l’instant ses fruits. Même si le chiffre d’affaires a fondu à 26,5 millions d’euros, Oxbow est redevenu profitable, ce qui lui donne de nouvelles marges de manœuvre pour se projeter dans une logique de développement.



Informations complémentaires :

Pour en savoir plus sur le site d'Oxbow

Pour ne rien manquer de l'actualité économique à Mérignac : abonnez-vous à nos lettres d'information.