Portrait
Presque 40 ans dans le siège de député et autant dans le fauteuil du maire de Mérignac. 8 ans à la tête du parti socialiste de Gironde. 6 à la présidence de la Communauté Urbaine de Bordeaux.

Pourtant, que sait-on de Michel Sainte-Marie ? L’homme se raconte pour la 1ère fois dans un livre d’échanges avec le politologue Jean Petaux : "Paroles Politiques", aux éditions Le bord de l'eau.

On a dit de vous que vous étiez un homme du secret, pourquoi avoir accepté de vous dévoiler dans un livre ?

Je me suis toujours étonné de cette réputation. Pendant des années, j’ai été un homme public et je n’ai jamais fui les interviews ! On en sait déjà beaucoup sur mon compte. Dans ce livre, je raconte peut-être davantage l’homme privé : mes origines basques, ma passion pour la musique... Verlaine disait : « de la musique avant toute chose » ; moi, j’ai juste mis la politique avant. Si j’ai accepté la proposition de Jean Petaux et de mon ami Bernard Gauban, c’est d’abord parce que je suis à la retraite et que c’est le meilleur moment pour jeter un regard sur le passé. Je laisse un témoignage de 50 années de vie politique, de souvenirs et de réflexions qui peuvent servir à mieux appréhender l’environnement politique girondin.


Comment se déroulaient les séances de travail ?
Nous avons enchaîné une dizaine de rendez-vous chez moi, à Mérignac, avec cette règle : Jean Petaux me posait toutes les questions qu’il voulait, mais les réponses m’appartenaient. De son côté, Bernard Gauban, qui connaît mon parcours par coeur, m’aidait à ajuster dates et évènements. Je n’ai éludé aucun sujet. Ce livre est le résultat d’une confiance mutuelle.

En quoi ces « paroles politiques », où vous évoquez votre passé, peuvent-elles avoir une utilité pour Mérignac aujourd’hui ?
Je n’ai nullement l’intention de montrer une voie à suivre, mais on ne peut envisager l’avenir si on ne maîtrise pas l’histoire récente. Qui se souvient, par exemple, que Mérignac était il n’y a pas si longtemps l’une des seules communes à direction socialiste de la rive gauche ? C’est intéressant de comprendre comment et pourquoi d’autres le sont devenues ensuite, comment s’est construite la CUB devenue Métropole, etc. Ce livre peut jouer le rôle de support pour décrypter la situation politique actuelle.

En tant que Maire, quel évènement vous a particulièrement marqué ?
La création du Pin Galant, de la Médiathèque, la dynamique économique que nous n’avons cessé d’amplifier... La liste est tellement longue ! Mais je retiens surtout l’attachement des Mérignacais. Un attachement qui a duré 40 ans, ce n’est pas banal ! Chaque jour, des habitants de Mérignac, nombreux, m’abordent et viennent me saluer lorsqu’ils me croisent dans la rue. Cette fidélité me touche profondément. Je veux aussi leur rendre hommage, car ils ont tous participé à la construction de Mérignac.

Quand on a si longtemps oeuvré pour les autres, est-il difficile de se retrouver avec soi-même ?

Au contraire ! J’ai enfin du temps pour ce que j’aime : lire, aller voir des expositions et des spectacles, me reposer au Pays basque dans ma maison de famille, ou préparer ce livre. Qui sait, dans quelques années, peut-être sortirons-nous le tome 2.

Une rencontre avec Michel Sainte-Marie à la Médiathèque

Michel Sainte-Marie présentera son livre lors d’une rencontre le samedi 6 mai à 11h, à l’auditorium François- Lombard de la Médiathèque. Accès libre dans la limite des places disponibles.