Portrait
Les voyages à travers le monde, une véritable passion pour Sara Diquelou. Cette jeune femme de 26 ans, originaire de Mérignac, s'apprête à prendre le large en participant au "Tour des Deux Amériques" en voilier. Découvrez les enjeux de cette expédition scientifique et éducative et son implication en faveur de l'environnement.

Sara Diquelou, une jeune femme de 26 ans originaire de Mérignac

Sara n'est pas inconnue des Mérignacais. En avril 2018, la jeune femme participait au festival jeunesse Quartier-Libre organisé chaque année par la ville de mérignac. Dans le cadre de ce festival 100% jeunes, Sara Diquelou proposait une exposition intitulée "Partir, franchir le cap" , une série de photos retraçant ses derniers voyages du grand nord Canadien au désert Marocain, en passant par les rizières Indonésiennes et le Bush Australien.

C'est avec les associations mérignacaises "Effort de Consience" et "Drop de Béton" que Sara pû réaliser sa première expérience de voyage en 2014 dans le cadre d'un service civique.

Depuis cette mission de service civique " Solidarité en béton " au Sénégal, son envie de voyager n'a jamais disparu.

"Après avoir obtenu mon diplôme en design graphique je me suis engagée en tant que service civique et suis partie en mission au Sénégal avec Effort de Conscience. Cette expérience m'a donnée envie de voyager plus, de partir encore !"

Aujourd'hui, après ses dernières excursions en Australie et en Nouvelle Zélande, l'appel du voyage est intacte et la jeune Mérignacaise s'apprête à participer en mars 2019 à l'expédition du "Tour des deux Amériques" en compagnie de Philippe Bensimon, skipper à l'initiative de l'expédition.

A quelques mois de son départ, Sara répond à nos questions sur ce projet.

Qu'est ce que l'expédition du Tour des Deux Amériques ?

Le Tour des Deux Amériques en voilier est une expédition scientifique et éducative qui va se dérouler pendant 5 ans à partir de mars 2019. L'objectif est d'étudier les océans et de militer pour leur défense en faisant prendre conscience au plus grand nombre des désordres marins et des changements climatiques actuels. Nous allons partir idéalement en mars 2019 depuis le détroit de Gibraltar, puis descendre vers l'Argentine et faire le tour complet des deux Amériques.

Qu'allez vous faire durant ce grand voyage ?

Cette expédition à plusieurs facettes. D'un côté, c'est une expédition scientifique dont l'objectif et d'obtenir de nombreuses données sur les océans, les fonds marins, la calotte glacière et le réchauffement climatique. D'un autre côté, c'est aussi une mission anthropologique avec la réalisation de nombreuses photos, collecte de témoignages et interviews de personnes dont le quotidien est lié à l'océan.  Mais la principale mission reste avant tout pédagogique avec plus de 400 conférences organisées dans 27 pays côtiers pour informer et alerter le maximum de monde sur la nécessité de protéger la biodiversité océanique et de lutter contre le réchauffement climatique. En tant que participant à l'opération, on va chacun se saisir d'un sujet de recherche et participer aux conférences.


Comment as-tu connu l'expédition T2A?

Je savais que je voulais repartir et faire une transatlantique jusqu'en Amérique du sud car je n'y était encore jamais allée. J'ai découvert le Tour des Deux Amériques sur la Bourse aux équipiers, un site internet qui met en relation des skippers en recherche d'équipiers et de marins pour des expéditions ou de simples sorties en mer. Je me suis alors documentée sur le projet T2A et je suis rapidement entrée en contact avec le skipper Philippe Bensimon.

Quel sera ton rôle dans l'équipage ?

L'expédition est composée de scientifiques, de plongeurs, de marins, et personnes en charge de la communication. Une soixantaine de personnes environ vont se relayer durant les 5 ans pour des durées de 3 à 4 mois. Ma mission sera essentiellement rattachée à la communication (vidéos, photos). En ce moment, je travaille le design d'un nouveau site internet pour l'expédition et je m'occupe aussi d'organiser des conférences pour faire connaître le projet. La première conférence s'est d'ailleurs déroulée à la Médiathèque du Mérignac en juin dernier lors de la journée mondiale des océans, la prochaine se déroulera à Saint-Loubès le 18 août.

C'est la première fois que tu navigues en mer ?

La mer pour moi c'est une première ! Je me suis toujours dit que si un jour je partais en Amérique du Sud cela serait en bateau. Sur le voilier, nous serons tous plus ou moins des marins, et nous allons être formés à la voile et à la navigation pour savoir comment manoeuvrer le bateau et gagner en confiance.

C'est un long voyage, as-tu des appréhensions ?

Ce que j'appréhende le plus c'est la durée du voyage en mer et la promiscuité à bord. On est en pleine mer, je n'ai pas le mal de mer, mais je ne sais pas ce que ça fait de se reveiller en plein milieu de l'océan. Je ne suis pas non plus trop à l'aise à l'oral, il va falloir que je m'entraîne pour les conférences.

Où en est le projet actuellement ?

Actuellement, nous en sommes à l'étape de l'achat du bateau. En fonction du soutien des différents sponsors, plusieurs options sont envisageables, : d'un voilier basique à un bateau technologiquement avancé avec le projet "Bagaille Moon Fou", un voilier équipé d'une motorisation électrique et de voiles rigides en carbone recouvertes de panneaux photovoltaïques.

Pour toi, le voyage c'est quoi ?

Voyager c'est la découverte ! Plus jeune, j'adorais faire tourner les globes terrestres et voir défiler les grandes zones géographiques. Je regardais ... je rêvais ... Je n'étais finalement qu'un tout petit point sur une carte au milieu de l'immensité du monde et je rêvais de découvrir et d'explorer ce que je ne connaissais pas. Le voyage pour moi c'est l'inconnu qui se révèle.

As-tu des conseils à donner aux jeunes qui souhaiteraient voyager ou s'engager ?

Le conseil que je peux donner c'est de ne surtout pas lâcher et de toujours aller de l'avant peu importe ce que les gens autour de vous peuvent dire, que ce soit vos parents, des amis ou des connaissances... Les messages de découragement sont nombreux mais il faut rester accroché à ce qui nous fait vibrer et ne pas se mettre de barrières. J'ai même réalisé pour tous les jeunes qui souhaitent voyager des fiches conseils disponibles au BIJ de Mérignac.

Quand tu ne voyages pas, quels sont tes lieux préférés à Mérignac ?

J'aime beaucoup la Vieille Eglise qui est un endroit magnifique avec des expositions incroyables et aussi le petit bois derrière le Lycée Daguin (Parc du château), souvenir de mes années lycées à Mérignac.


Pour aller plus loin

Rendez-vous sur le blog de l'expédition pour tout savoir sur le "Tour des deux Amériques T2A" : ameriquesvoilier-expeditions.org