Eric Trappier, Président directeur général de Dassault Aviation, et Rodolphe Marchais, président de Sabena Technics, ont signé à Mérignac, ce matin, une importante convention de partenariat, en présence d’Alain Anziani, maire de Mérignac. Cet accord entre les deux entreprises porte notamment sur la cession par Sabena Technics d’une dizaine d’hectares à Dassault Aviation qui permettront de créer une extension et une modernisation du site mérignacais.

L’accord de collaboration entre Dassault Aviation et Sabena Technics lie deux sociétés emblématiques de Mérignac, héritières toutes deux d’une longue histoire industrielle locale commencée avant guerre et qui a marquée des milliers d’hommes et de femmes. Cette histoire s’inscrit dans la modernité et prépare l’avenir. Elle poursuit la dynamique lancée par Dassault et Thales pour Mérignac.

Pour ces deux entreprises, une opération foncière est à la base d’une évolution industrielle. Après le vol d’essai de l’e-fan, le regroupement des usines Thales, l’implantation de nombreux sous-traitants, cet accord de collaboration témoigne de la vitalité du bassin aéronautique mérignacais et renforce l’attractivité de Bordeaux Aéroparc.

Les services de la ville de Mérignac, ceux de la Communauté urbaine de Bordeaux et l’équipe de la technopôle Bordeaux Aéroparc / Technowest, qui oeuvre depuis de longs mois sur ce projet, sont à l’entière disposition des équipes immobilières de Dassault pour les accompagner dés que cela sera nécessaire.

Enfin, la signature de partenariat de ce matin est hautement symbolique : Sabena Technics Mérignac est une des deux héritières de la SOGERMA, entreprise qui faillit disparaitre en 2006 et pour laquelle les Bordelais s’étaient très fortement mobilisés. Sabena Technics va trouver dans cet accord avec son proche voisin une diversification industrielle prometteuse.


Bordeaux Aéroparc en quelques chiffres

› 50 entreprises et 30 start-up pour 10 500 emplois à Mérignac liés au secteur aéronautique.

› Investissement privé réalisé dans l’Aéroparc : 36 Millions d’euros, 32 000 m2 construits, 800 emplois implantés dans des PME, 350 emplois créés dans la pépinière et l’incubateur et 800 emplois délocalisés avec la SIMMAD.

› 2000 emplois minimum et 200 millions d’euros d’investissements envisagés pour le projet Thales

› Plus de 80 millions d’euros d’investissements privés pour le projet 45ème Parallèle, plusieurs dizaines millions d’euros pour 9 hectares de surfaces planchers à construire sur Vert Castel. Entre 6000 et 8000 attendus à terme sur ce périmètre.