Alain Anziani, Maire de Mérignac, Marie Récalde, adjointe déléguée à l’éducation et à l’innovation, Jean-Marc Guillembet, adjoint délégué aux finances et au développement économique ont dressé ce matin le bilan économique du premier semestre.
Mérignac renforce son influence et son rayonnement. L’attractivité de la métropole bordelaise s’accentue avec le lancement de la LGV et de nombreuses entreprises choisissent Mérignac pour s’implanter ou s’agrandir. Le nord de l’aéroport, l’Airport avenue et le village Décathlon connaissent un essor sans précédent.

Mérignac bénéficie de l’effet LGV

Une offre aérienne riche et diversifiée

L’effet TGV contribue à renforcer le développement économique et l’attractivité de Mérignac. L’aéroport est sur le point d’investir 25 à 30 millions d’euros sur fonds propres pour construire un nouveau terminal qui fera la jonction entre les terminaux A et B. L’opération n’a jamais été remise en cause par la LGV et les premières consultations d’entreprises sont prévues à la rentrée. Air France confirme de son côté que tous les « grands abonnés » (entre 15.000 et 20.000 billets par an) ont renouvelé leur abonnement. Air France maintient l’intégralité de ses lignes, à savoir 248 vols par semaine (36 par jour) au départ de Bordeaux, dont 20 vols quotidiens vers Paris, 6 vols quotidiens vers Lyon, 3 vols quotidien vers Lille, etc.

Mérignac ou la logique du « campus »

Trois programmes tertiaires majeurs, le 45ème parallèle (Nexity), la deuxième tranche du Ferry (Orexim, architecte Hubert Saladin) et le Wooden Park (Nexity), pour un total à court terme de 20.000 m² de bureaux environ, vont être lancés à la rentrée.
Pour le reste, toutes les entreprises mérignacaises du tertiaire supérieur qui ont dû procéder à des arbitrages ont choisi Mérignac. Ainsi, BNP PF (ex-Cofinoga) a choisi de rester à Mérignac, AT Internet a investi 15 millions d’euros pour son nouveau siège, Cultura, a investi 16 millions d’euros pour son nouveau campus.

Les deux entreprises qui ont été le plus citées dans la presse pour symboliser l’effet LGV, Ixxi Techside et Axa Wealth Services, sont des entreprises qui se sont finalement implantées dans le quartier de l’aéroport.

A Mérignac, on trouve encore du foncier disponible pour certains types d’activité. Certains grands comptes cherchent à se développer dans une logique de campus (comme Bouygues Telecom, Filhet-Allard, Thales, Cultura, Décathlon, Dassault Aviation peut-être demain). Mérignac leur offre cette possibilité.

Mérignac et Euratlantique sont fondamentalement complémentaires. Ils renforceront à long terme la destination Bordeaux.


Un premier semestre prometteur


La vitalité économique du premier semestre 2017 reste aussi exceptionnelle que celle de
l’année 2016.
Mérignac développe aujourd’hui en priorité trois zones principales : le nord de l’aéroport, l’Airport Avenue et le village Décathlon. Ce ne sont pas les seules parties du territoire qui attirent des investissements, mais ce sont elles qui ont été les plus dynamiques en 2017.
La bonne santé des deux supergrands
Thales et Dassault Aviation Les premier et troisième employeurs de la ville (le deuxième étant BNP PF) se trouvent désormais en vis-à-vis le long de la voie nouvelle Marcel Dassault. Les deux totalisent près de 4.000 emplois, soit près de 10% de l’emploi privé et un tiers de l’emploi aéronautique.
Thales a terminé le déménagement de ses 2.600 collaborateurs en avril et Mérignac a remis à son président Patrice Caine le trophée du Mérignacais de l’année 2016 à la fin du mois de janvier. Thales est donc désormais le premier employeur privé de la ville et l’entreprise est pleinement intégrée dans un campus exemplaire à tous les niveaux.
Pour Dassault Aviation, Eric Trappier a confirmé publiquement à plusieurs reprises au cours du premier semestre (et la dernière fois au Bourget la semaine dernière) le transfert à Mérignac de plusieurs centaines de collaborateurs dès 2020, en provenance de la région parisienne.

L’aménagement économique de nouveaux terrains
Le développement économique du territoire passe par l’aménagement et l’ouverture à la commercialisation de nouvelles zones. Le premier semestre a été l’occasion d’avancées décisives sur plusieurs dossiers :
Vert Castel 2 s’étend sur 20 hectares. Le programme propose 30 lots de 2.000 à 25.000 m² pour 80.000 m² de surface de plancher à développer. Vert Castel 2, ce sera donc plus grand que Thales (18 hectares et 60.000 m² de surface de plancher). La commercialisation est lancée, les premières promesses de vente ont déjà été signées et un premier permis de construire a été déposé (Déménagements Brudy). Les travaux d’aménagement seront terminés à la fin du mois de juillet.
Le coeur d’Aéroparc autour du rond-point de Dassault Aviation. Le Coeur d'Aéroparc est un projet en deux tranches. La première tranche de 10.000 m² accueillera Bordeaux Technowest qui aura, avec ce nouvel outil, les moyens de devenir la fabrique à start up de la métropole. L'hôtel d'entreprise adjacent devrait représenter le plus gros centre d'accueil d'entreprises innovantes du pays (hors région parisienne). La phase 1 devrait être livrée en 2019. La phase 2 devrait être livrée à partir de 2020 pour accueillir une extension de l'aérocampus de Latresnes sur près de 40.000 m² qui devrait comprendre un centre de formation, un espace consacré à la culture aéronautique avec des expositions des collections du conservatoire de l'air et de l'espace, des services d'hôtellerie et restauration. Une étude est actuellement en cours et le conseil municipal de Mérignac a voté il y a deux semaines la participation de la ville à hauteur de 25.000 euros à son financement.
La confirmation d’investissements massifs de la métropole pour le développement des infrastructures
La métropole a confirmé en janvier un montant d’investissement de 130 millions sur le territoire de l’OIM (dont les deux tiers se trouvent à Mérignac). Cela signifie essentiellement pour cette partie du territoire la réalisation du deuxième tronçon (1.200 mètres) de la voie nouvelle Marcel Dassault (livraison en septembre 2018), l’opération du boulevard technologique qui consiste en la mise en service d’un bus à haute performance sur un tracé de 8,5 km entre la station de tram Le Haillan-Rostand et l’avenue François Mitterrand (évolution de la ligne TBM flexo 48 dès la rentrée de septembre) et enfin compléter le réseau des pistes cyclables. La création de l'OIM sur le territoire est un facteur d'attractivité supplémentaire : les acteurs économiques bénéficient d'une équipe de spécialistes de haut niveau dédiée à l'aménagement économique du territoire.

L’Airport avenue, porte d’entrée économique de la métropole

L’Airport Avenue, soit le tronçon de 7 km qui sépare la place Mondésir de l’entrée de l’aéroport et qui passe par les avenues de la Marne, de la Somme et Kennedy, représente l’artère structurante de la ville et une des portes d’entrée économique de l’agglomération. Depuis 10 ans, l’observatoire économique de la ville a recensé sur cet axe une trentaine de projets structurants (globalement de plus de 1 million d’euros d’investissements), comme par exemple le PAE de la Glacière, l’ouverture du restaurant B11, l’extension de Mérignac Soleil, le 45ème parallèle, etc.1 Sur le plan des implantations, l’Airport Avenue a accueilli les directions régionales de Dalkia en provenance de Bruges (200 personnes sur 2.200 m²), de Demathieu et Bard (entreprise de promotion immobilière qui a notamment réalisé le dernier hangar de Dassault Falcon Service) en provenance de Pessac (700 m² et 30 personnes) et surtout a enregistré la commercialisation intégrale du Ferry (4.800 m² et 450 personnes), avant même sa livraison, loué à la CPAM (qui transfère sa direction informatique de Bordeaux Grand Parc).

Nexity a confirmé en janvier dernier que les travaux du 45ème Parallèle démarreraient bien cet automne pour un investissement de 90 millions d’euros (un hôtel, un centre de congrès, 30.000 m² de bureaux et un parking silo). Un redimensionnement de l’offre de restauration Enfin, le premier semestre a été témoin de la poursuite d’un phénomène déjà observé l’an dernier avec les implantations du Canopée Café et d’Au Bureau : la reconfiguration et le redimensionnement de l’offre de restauration. Outre l’arrivée du B11 (1,8 millions d’euros d’investissement) à l’angle des avenues de la Marne et Pierre Mendès France, les travaux ont démarré pour Del Arte, Burger King, Salad & Co et Il Ristorante sur le carrefour Leroy- Merlin.

Le Village Décathlon, une offre de loisirs renouvelée

On note un fort développement du village prévu en 2017 : le 15 mai dernier, la pose de la première pierre de Cultura qui accueillera 400 collaborateurs sur un campus de 7.000 m² à partir de juin prochain ; le 10 juillet, la pose de la première pierre du simulateur de chute libre Full Fly (15 millions d’euros d’investissement, une vraie prouesse technologique et 13 emplois), qui sera dans 18 mois une attraction totalement innovante et dont le rayonnement sera régional ; le 27 juillet : l’ouverture au public du spa le Royaume des sens, qui sera à son ouverture le plus grand spa urbain (c’est-à-dire non adossé à un hôtel) de France ; le 19 août, l’ouverture au public du padel club (sport à mi-chemin entre le mini-tennis et le squash : 5 courts couverts et 2 courts extérieurs) ; le 14 septembre : la pose de la première pierre de Climb Up (plus grande salle d’escalade de France) et l’ inauguration du Royaume des sens.
En parallèle, Trampoline Park a déposé un permis de construire (qui est donc actuellement à l’instruction) pour ouvrir un complexe à Mérignac et y transférer son siège social national.

Une démarche volontariste en faveur de l’emploi

Un des premiers objectifs de l’action de la ville en matière de développement économique, vise le rapprochement entre les offres d’emploi proposées par les entreprises du territoire et les demandeurs d’emploi de Mérignac.
Une offre d’emploi en expansion
Globalement, le marché de l’emploi de Mérignac est dynamique. Les entreprises de la ville ont déposé plus de 13.000 offres sur les 12 derniers mois auprès de Pôle Emploi.
Si l’on suit les déclarations préalables à l’embauche (DPAE). Mérignac a enregistré 47.000 DPAE sur les 12 derniers mois. Ce chiffre est en hausse de 5,5% et est largement supérieur à celui enregistré sur la zone d’emploi de Bordeaux (+0,6%).
Par ailleurs, le marché de l’emploi mérignacais développe des emplois de qualité : 80% de temps plein, plus d’une offre sur deux concernent des emplois « durables »2 ; plus de 40% des offres concernent des CDI (environ 5.700).

Une plus grande coordination des partenaires liés à l’emploi
Depuis le début de l’année 2016, de nouvelles étapes structurantes ont renforcé l’engagement de la ville :
  • Renforcement du partenariat avec l’ADSI Technowest à qui la Ville confie deux missions complémentaires : l’accompagnement vers l’emploi de tous les Mérignacais et l’élaboration d’une offre de services RH dédiés aux entreprises du territoire
  • Signature d’une première série de conventions tripartites pour le développement économique et l’emploi local avec l’ADSI et des entreprises du territoire3
  • 1ère édition d’Objectif Emploi (novembre 2016), 1ère « semaine de l’emploi dans la Relation Clients » (juillet 2016)
  • Signature d’une convention tripartite avec l’ADSI et Pôle Emploi pour renforcer les partenariats sur le territoire.
Cette offre de services, élaborée par la Ville de Mérignac et l’ADSI Technowest, connait un vrai succès auprès des entreprises qui en bénéficient.

Sur les 12 derniers mois, 45 entreprises4 ont fait appel à ce service. L’ADSI a géré 150 offres d’emploi, positionné 500 profils qualifiés, organisé de nombreuses réunions collectives et accueilli plusieurs dizaines d’entretiens d’embauche.
Si l’on tire un bilan provisoire à fin avril 2017, tout en restant extrêmement prudent, puisque Mérignac compte toujours 6.100 demandeurs d’emploi de catégories A, B et C, le nombre de demandeurs d’emploi est en baisse de 4% (soit 250 personnes), une proportion plus élevée qu’à l’échelle de la zone d’emploi de la métropole (-2.9%).
Le signal est trop récent pour en tirer une conclusion définitive, mais il va dans le bon sens. Cette nouvelle offre est par ailleurs très bien perçue par les entreprises.


Un territoire de plus en plus influent

Une constatation sur ce premier semestre : Mérignac accueille de plus en plus de centres de décisions et la voix des dirigeants mérignacais porte de plus en plus.
L’impulsion décisive de l’armée dans le cadre du livre blanc de 2008
Le ministère de la défense reste le premier employeur de Mérignac avec plus de 3.000 civils et militaires. Et globalement, les différentes réorganisations de l’armée depuis le début des années 2010 ont donné un poids national à Mérignac. Deux exemples, la Simmad et le CFA :
  • La Simmad. C’est la relocalisation de la Simmad (structure intégrée du maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques du ministère de la Défense), en provenance de Brétigny-sur-Orge (91), qui a lancé le mouvement en 2011. Avec cette implantation, Mérignac est devenue un centre de référence dans le dispositif lié à la maintenance des aéronefs des armées françaises (1.500 unités environ). La Simmad représente 800 personnes et un budget de 2 milliards d’euros, ce qui en fait le 4ème acheteur national. Son implantation a fléché les regards des tous les industriels de la filière vers Mérignac.

  • Le CFA a été créé en 2014, par la fusion du commandement du soutien des Forces aériennes (CSFA, déjà situé à Mérignac) et du commandement des Forces aériennes (CFA, qui était basé à Dijon). Ce commandement gère l'ensemble des ressources humaines et techniques permettant à l'armée française de disposer d'une force aérienne autonome en opération extérieure. Il regroupe 23.000 hommes et femmes répartis dans plus de 500 unités en France et à l’étranger.
Les entreprises choisissent Mérignac pour établir leurs centres décisionnels
L’observatoire a relevé sur les trois dernières années un renforcement des centres de décision privés. Voici quelques exemples d’entreprises emblématiques :
  • Implantation du siège national : Axa Wealth Services et Ixxi Techside (2017), Ecrans du Monde (2016), qui est le cinquième groupe de production audiovisuelle national ou Thales Avionique (2017), dont le siège était précédemment à Vélizy.
  • Maintien ou renforcement du siège national : Oxbow (2016), Easy Cash (2017), Cultura (2017), AT Internet (2017), Acteon (2016), Filhet-Allard (2017), Cassous (2018), France Littoral Développement déménage à Mérignac l’an prochain.
  • Implantation ou création d’une direction régionale : Nexity (fin 2016), par le biais du rachat de Thalium, Dalkia (2017), Carrefour (2017), Demathieu et Bard (construction immobilière ; a notamment réalisé le Dassault Falcon Services - 2016) ; Etchart Construction (construction - 2016).
Enfin, 14 dirigeants mérignacais sont présidents d’un syndicat ou une chambre professionnelle nationale ou régionale (cf liste ci-jointe).

Contact presse :

Virginie Bougant
Chargée de communication et des relations presse
05 56 55 66 18 – 06 27 52 48 69
v.bougant@merignac.com