Patrimoine
La Glacière
33700
MERIGNAC
Voir sur la carte

La Glacière, transformée en maison d’habitation dans les années 1900, appartient durant un siècle à la même famille Bichon. En 2004, elle est proposée « à l’inventaire des monuments historiques au titre des monuments classés ou inscrits ».

La maison ronde, au lieu-dit Brachet, sous les pins parasols plus que bicentenaires, fut construite vers 1775 pour François-Arnaud Saige (1734-1793). Son objectif : en faire « la plus grande glacière de France » sur son domaine de Bourran.

La maison circulaire, de dix mètres de diamètre, est placée sur un monticule. Elle comprend dans sa partie inférieure des caves voutées, creusées dans le calcaire sous-jacent, jusqu’à dix mètres de profondeur.

C’est là que l’on entassait la glace provenant soit des eaux gelées de la Devèze en hiver, soit de la glace venant par charrois des Pyrénées.

Du rez-de-chaussée, on accédait aux caves par une trappe ouvrant sur les réserves de glace que l’on arrosait régulièrement pour assurer sa conservation. La partie supérieure du bâtiment servait de logement au gardien.

Les gens du quartier désignaient souvent la glacière par l’expression « Tour du pin franc ». Les pins parasol, que l’on trouve sur tous les grands domaines, avaient pour les riches possesseurs de terres une symbolique très marquée : ils témoignaient de la puissance du propriétaire, comme c’est le cas au domaine de Bourran.

Le pin-franc qui surplombait l’avenue de Mérignac a été abattu, victime de la tempête de janvier 2009.

Source : « Origine et essor des quartiers de Mérignac », Ginette et Pierre Gilliard

Localisation