Conformément à la loi, un espace est réservé à l'expression des groupes politiques municipaux. À ce titre, le Conseil municipal a décidé, dans un souci d'équité, d'attribuer un espace identique aux différents groupes. Les propos publiés dans cette rubrique n’engagent que leurs signataires.



Tribunes libres - Septembre 2020



Des vacances Mérignacaises pas comme les autres

La crise sanitaire a entraîné la nécessaire fermeture des écoles, et malgré l’investissement de chacun, de trop nombreux enfants n’ont pas pu bénéficier de la continuité pédagogique. Ce constat partagé par tous, enseignants ou personnels municipaux, était aussi une réalité à Mérignac. Afin de permettre aux enfants qui en avaient le plus besoin de bénéficier d’un accompagnement renforcé, la Ville a mis en oeuvre cet été un dispositif innovant « L’été Mérignacais ». En partenariat avec les associations d’animation de quartier et l’Éducation nationale, il a renforcé l’offre de loisirs culturels et sportifs, et permis à de nombreux enfants de bénéficier d’un accompagnement pédagogique personnalisé. Le bilan est plus que positif : ces vacances ludiques et apprenantes ont bénéficié à plusieurs centaines d’enfants, parmi lesquels les enfants les plus en difficulté scolairement. La Ville a soutenu cette initiative par un effort budgétaire supplémentaire de 25 000 €. L’offre culturelle municipale s’inscrit pleinement dans la continuité du Projet Éducatif de Territoire (PEDT) et le dispositif sera reconduit parce que la culture reste l’une des clés de la réussite pour chaque enfant.


Vanessa Fergeau-Renaux, Adjointe au maire déléguée à la culture. Groupe PS



Une rentrée en mode mobilité douce et active !

Cet été, beaucoup de français ont retrouvé le plaisir de la marche et du vélo. Si ces activités sont très pratiquées en tant que sport ou loisir, elles sont encore trop peu perçues comme de véritables moyens de déplacement.

Les écologistes ont de tout temps défendu les mobilités actives. Elles sont bénéfiques pour la santé, participent à la lutte contre les pollutions, réduisent les émissions de gaz à effet de serre et contribuent au bien-vivre dans la ville.

Ces mobilités doivent trouver, dans l’espace public, la place qui leur est due. Ce n’est pas le cas aujourd’hui où l’automobile représente sur Mérignac 49 % des déplacements mais occupe 70 % de l’espace public.

Nous voulons, par ce rééquilibrage, donner à tous les Mérignacais qui le souhaitent, la possibilité de se déplacer à pied ou à vélo grâce à des infrastructures sécurisées et qualitatives. Pour cela, les plans piéton et vélo seront mis en oeuvre avant la fin de la mandature.

Les enjeux climatiques nous obligent à faire des mobilités douces une priorité. Nous nous y sommes engagés et avec la participation des Mérignacais, nous tiendrons cet objectif.

Aujourd’hui, Mérignac dispose déjà d’équipements et de services performants (pistes cyclables, stations de réparation, Maison du vélo, prêts de vélos électriques...). Alors, n’attendons pas et profitons de cette fin d’été pour une rentrée tout en douceur, mais très active.


Pour le groupe Mérignac Ecologiste et Solidaire Jean-Louis COURONNEAU



Déterminés et combatifs

L’épisode électoral que nous venons de vivre restera comme un moment sombre pour notre démocratie locale par le fort taux d’abstention. Le scrutin des municipales a marqué une nouvelle étape de la fracture démocratique dans le pays. Le basculement de droite à gauche dans certaines villes comme celle, historique, de Bordeaux, le changement de majorité à la Métropole ne peuvent effacer cet état de fait.

Cela appelle des actes forts qui marquent une rupture avec les politiques au service de l’argent de ces dernières années.

La crise du Covid l’a montré, nous avons un besoin impérieux de services publics. Un besoin de production au niveau local. L’industrie, sous toutes ses formes, doit être au centre de la transition écologique pour répondre aux besoins de la population, du territoire. L’aéronautique, notamment, doit bénéficier d’aides pour le maintien et la création d’emplois et du développement de la recherche. Mais soyons clairs, les aides aux entreprises doivent être conditionnées pour aller dans ce sens.

Le Covid a démontré la place du logement pendant le confinement. Des actes forts doivent être pris par des mesures qui soutiennent l’encadrement des loyers et des opérations urbaines portant à 50 % de logements sociaux pour rattraper le retard et le manque de logements accessibles à tous, à Mérignac et sur la Métropole.

Nous nous plaçons à Mérignac et dans la nouvelle majorité de gauche sociale et écologique à la Métropole de manière studieuse, déterminée et combative et ferons entendre notre différence porteuse de propositions pour les besoins de la population.


Le groupe des élus communistes Léna Beaulieu, Marie-Ange Chaussoy, Loïc Farnier, Joël Girard, Claude Mellier




La parole est à l'opposition



Une ville pas si bien gérée que cela

À chaque échéance budgétaire où le conseil municipal est appelé à délibérer, la municipalité s’autofélicite. A entendre les élus majoritaires, Mérignac serait un exemple de bonne gestion.

Le récent débat sur l’exécution du budget de l’année écoulée n’a pas fait exception.

Notre groupe s’est malgré tout risqué à quelques observations en prenant pour référence la page 4 du compte administratif, document de référence de la comptabilité publique. On y trouve des informations sur la situation de notre ville et des comparaisons officielles avec les autres communes « de même strate ». Voici 3 repères :

  • Dépenses d’équipement : Mérignac investit 200 €/habitant (contre 357 € en moyenne)
  • Taxes locales : Mérignac prélève 860 €/habitant (contre 645 € en moyenne)
  • Endettement : Mérignac a une dette de 69 €/habitant (contre 1.384 € en moyenne)

En résumé, alors que la population de notre ville a fortement augmenté depuis 6 ans et que le besoin d’équipements (éducatifs, sociaux, sportifs,etc.) est criant, Mérignac investit peu. Pourtant les impôts y sont plus élevés qu’ailleurs et notre collectivité ne fait quasiment pas recours à l’emprunt alors que les taux d’intérêts sont bas.

Sommes-nous les seuls à dénoncer ce paradoxe ? Plus tout à fait. Une voix s’est élevée pour critiquer l’écart entre les investissements promis (27 M€) et ceux qui ont été réalisés (16 M€) : c’était celle de l’adjointe déléguée à l’économie sociale et solidaire et à l’insertion...

Un début de critique interne sur l’attentisme du maire depuis 2014 ?


Thierry Millet et Thomas Dovichi



Tarmac, enfin un grand projet pour Mérignac !

Organisé autour de l’Air et de l’Espace, ce projet consiste à regrouper chez nous : un Centre de Formation orienté vers des technologies vertes porteuses d’emplois dans l’avenir pour notre jeunesse, un grand Musée de l’Aviation (que des passionnés tiennent à bout de bras depuis des décennies) et un grand Parc de Loisirs sur le modèle du Futuroscope.

Voilà enfin un grand projet pour notre ville, créateur d’emplois, de dynamisme et de fierté. Je ne peux que remercier monsieur Anziani de reprendre ce projet que Monsieur Sainte Marie m’avait demandé d’étudier, en tant que membre du « Conseil Consultatif de Mérignac » en avril 2010 (Tous les détails du dossier de 2010 sur renouveaumerignac.com). J’avais rencontré, à cette époque, les dirigeants des deux parcs Vendéens et Poitevins, qui étaient prêts à nous suivre financièrement. J’avais rencontré les industriels qui étaient, déjà, demandeurs de formations adaptées à leur développement. J’avais trouvé les organismes de formations prêts à s’installer sur notre territoire. Et nous avons déjà des hommes passionnés et des pièces historiques pour le musée.

Qui peut croire que les avions vont disparaître ? Qui envisage ses vacances lointaines ou ses déplacements professionnels sans ce formidable outil de progrès ? Bien au contraire, l’aviation est l’avenir si elle sait prendre ce virage du développement durable.

Nous sommes légitimes : historiquement, grâce à Monsieur Issartier, Monsieur Dassault et bien d’autres, et industriellement, avec le plus beau tissu industriel de l’air d’Europe. Alors n’attendons plus. Lançons ce grand projet, porteur de travail pour notre jeunesse, porteur d’avenir vert par l’innovation des entreprises et des chercheurs, et porteur de fierté par le rayonnement Européen qu’il aura.

Nous, Renouveau Mérignac, sommes prêts et disponibles pour ce beau projet, dans un esprit positif et participatif.


Maria Iacob GARIBAL & Bruno SORIN Renouveau Mérignac