Lettre d'Alain Anziani, maire de Mérignac et président de Bordeaux Métropole, à l'attention des commerçants mérignacais

À l’attention des commerçants de Mérignac

Mérignac, le 1er novembre 2020


Madame, Monsieur,

Le président de la République a annoncé un nouveau confinement. Le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire en a précisé́ les modalités.

Sur le plan sanitaire, notre métropole, en partie épargnée lors de la première vague, se trouve aujourd’hui dans une situation critique.

Ce confinement nous affecte tous tant sur le plan humain que sur le plan économique.

Dans la plupart des lieux ouverts au public, j’ai pu constater que les mesures recommandées avaient été respectées : limitation du nombre de personnes présentes simultanément, mise à disposition de gel hydroalcoolique et port du masque systématique.

Par ailleurs, alors que les élus locaux ont été régulièrement consultés depuis la rentrée pour adapter localement le cadre légal à la situation sanitaire, je déplore qu’il n’en ait pas été de même pour les ouvertures ou fermetures de vos commerces.

Force est de constater que malgré leurs engagements de gestion territoriale de l’épidémie, le président de la République et le gouvernement ont décidé de mesures applicables à l’ensemble du territoire sans concertation préalable. De fait, la nouvelle obligation de fermeture de vos établissements menace la survie de votre activité. Dans ces moments difficiles, je tiens à vous apporter mon profond soutien.

En effet, et même si je mesure la complexité de la recherche de l’équilibre entre maîtrise de la situation sanitaire et préservation de l’activité économique, comment de telles incohérences peuvent subsister ? Comment une règle sanitaire peut-elle justifier qu’un client achète des fleurs, des jouets, des vêtements dans une grande surface et non dans un commerce de quartier ? Comment affirmer que l’activité économique doit être maintenue et exclure les commerces de proximité de cette vie économique ? Cette incohérence ne peut générer que de l’incompréhension.

Comme vous le savez, la décision d’ouverture ou de fermeture des commerces relève de la seule responsabilité du gouvernement. Elle s’impose à vous comme à nous, élus locaux. Néanmoins le décret du 29 octobre dernier peut être soumis à l’appréciation du juge administratif.

Des maires prennent des arrêtés autorisant l’ouverture de magasins. C’est une initiative dont je comprends l’objectif, mais nous savons que les maires n’ont pas ce pouvoir de décision. Ces arrêtés seront dès lors déférés devant le juge administratif qui les annulera vraisemblablement pour incompétence, sans même se prononcer sur le bien-fondé́ des arguments avancés. Je me dois également de rappeler que de tels arrêtés ne protègent pas les magasins dont l’ouverture n’a pas été autorisée par le décret précité d’une sanction et d’une fermeture administrative.

L’association des maires de France a demandé au gouvernement le réexamen de ces mesures. France Urbaine, qui regroupe les grandes villes et les métropoles, a fait de même. Bien entendu, j’ai appuyé ces interpellations.

Dans cette période difficile, le service commerce de la Ville reste à votre entière disposition. Vous pouvez contacter Claudine Lartigau au 06 71 67 71 52 et sur c.lartigau@merignac.com.

Vous pouvez aussi vous inscrire sur l’ annuaire des commerçants du site de la Ville www.merignac.com afin de faire connaître vos services de livraison, de retrait rapide de commande par téléphone ou « clic and collect ». Nous relaierons ces informations auprès de nos habitants sur nos supports de communication afin de les encourager à rester fidèles à leurs commerces de proximité.


JE SUIS COMMERÇANT, JE M'INSCRIS A L'ANNUAIRE EN LIGNE :


Je reste ouvert


Au-delà de cette réaction immédiate, soyez assurés que Bordeaux Métropole sera à vos côtés pour vous accompagner. J’aurai dans les prochains jours un échange avec vos organisations représentatives pour déterminer les mesures les plus adaptées, à la fois pour vous accompagner dans cette période et dès la fin du confinement et la réouverture des commerces de proximité.

Je vous prie de croire Madame, Monsieur, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Alain Anziani,

Maire de Mérignac

Président de Bordeaux-Métropole




Je télécharge le courrier du maire