L’agence VU’ fondée par Christian Caujolle en 1986, a choisi de fêter ses 30 ans dans plusieurs villes de France. Mérignac inaugure le premier cycle, avec deux expositions : « Les murs ne parlent pas » de Jean-Robert Dantou et Florence Weber et « L’adieu au fleuve » de Christophe Goussard et Christophe Dabitch.

« Les Murs ne parlent pas » de Jean-Robert Dantou (agence VU’) et Florence Weber. Du 16 avril au 30 juin 2016, à la Vieille Eglise Saint-Vincent. Commissaire d’exposition : Mathias Nouel.


« Les murs ne parlent pas » est l’aboutissement d’une longue enquête, un dialogue de trois années entre Jean-Robert Dantou, photographe, et une équipe de recherche interdisciplinaire en sciences sociales coordonnée par Florence Weber, directrice du département de sciences sociales de l’École Normale Supérieure.

Une brosse à dents tordue, une pipe, un sac poubelle, une bague de fiançailles, des flacons de parfum... Dans le premier volet de ce travail, le photographe a choisi de photographier des objets qui cristallisent des moments de prise de décision et qui nous font entrer dans la vie de ces personnes décrites comme schizophrènes, bipolaires, souffrant de troubles obsessionnels ou de syndromes dépressifs. Avec l’idée de sortir du spectaculaire et de contourner le stigmate, pour faire apparaître, derrière ces objets, des personnes. Dans sa 2e série, le photographe, dont le travail est toujours abondamment commenté par des textes, présente une série de portraits dans un centre de postcure. Là encore, il s’interroge sur la possibilité même de représenter la folie, car l’on ne distingue jamais le soignant du soigné. Enfin, dans un troisième volet, Jean-Robert Dantou et Florence Weber touchent les limites du « photographiable » en milieu hospitalier psychiatrique. Une chambre d’isolement, un portrait flouté, un couloir, une cour où sèche du linge de corps... des prises de vues apparemment innocentes, mais qui posent la question du droit à l’image et du consentement éclairé du patient.

« Psychadascalies », deuxième volet du travail de Jean-Robert Dantou est exposé à l’Espace Kimmel à New-York du 4 au 29 avril.


« L’adieu au fleuve » de Christophe Goussard (agence VU’) et Christophe Dabitch. Du 29 avril au 23 juin 2016 à la Médiathèque. Commissaire d’exposition : Pascale Giffard.

Printemps 2013. Un photographe, un écrivain : deux visions intimes d’un périple de 15 jours à vélo entre Royan et Bordeaux. L’écrivan parcourt la rive gauche (son Médoc natal), et l’autre, la rive droite. Nés en Haute Gironde, les deux artistes racontent en textes (Christophe Dabitch) et en photos (Christophe Goussard) le territoire familial, les endroits où ils se sont amusés, ennuyés, les paysages et ceux qui les habitent... Animés par le désir de retrouver des traces en restant au plus près de l’eau, ils racontent une traversée personnelle près d’un fleuve qui peut en évoquer d’autres, ailleurs, comme autant de correspondances. Un voyage au passé et au présent, baigné par la lumière du fleuve d’or et les ciels immenses. L’exposition éponyme suit la publication du livre « L’adieu au fleuve », aux éditions Filigranes (avril 2015).

L’Agence VU’ : 30 ans d’exigence au service de la créativité

VU’, c’est à l’origine une agence de photographes qui, depuis sa création en 1986, défend la photographie d’auteurs et évolue, avec constance et inventivité, loin des modes et des engouements ponctuels, sans jamais déroger à ses choix éthiques et esthétiques. VU’, c’est comme à ses débuts, une grande exigence de qualité qui n’a de cesse de repérer, révéler et représenter les meilleurs photographes contemporains sans exclusion de styles ou de domaines d’activité, d’innover aussi en développant de nouvelles formes de communication par la photographie.

Du reportage d’actualité immédiate à l’enquête au long cours publiés par la presse nationale et internationale, de la conception d’expositions à la co-production de webdocumentaires et de projets multimédia innovants, de l’oeuvre formelle au récit intimiste édité par les plus grandes maisons d’édition, l’Agence VU’ travaille, au service des institutions et des entreprises, avec une centaine de photographes, tous régulièrement exposés, publiés, édités et lauréats des plus prestigieux prix internationaux. Quant à l’équipe de collaborateurs de VU’, qui entretient des relations étroites avec les photographes au quotidien, elle est d’une fidélité exemplaire et s’engage avec passion, rigueur et inventivité sur chaque projet. VU’, c’est aussi un laboratoire permanent de réflexion sur les évolutions de la photographie, sa place dans le monde de l’image, de l’information, de la communication et de la culture.

Mérignac, ville de la photographie

Depuis plusieurs années Mérignac a choisi d’ouvrir la photographie au grand public. La deuxième ville de Gironde dispose d’un écrin unique pour mettre en avant la photographie, la Vieille Eglise Saint-Vincent. Longtemps dévolue à la peinture, la Vieille Eglise a ouvert ses cimaises à la photographie il y a quelques années. Les expositions consacrées au travail de Jean Dieuzaide, au Collectif Tendance Floue, à Rip Hopkins, Martin Parr, Denis Darzacq et Michel Vanden Eeckhoudt ont rencontré un vif succès et démontré l’intérêt du public pour ce champs artistique.


En 2012, Mérignac fait un pas de plus vers la photographie en nouant un partenariat fertile avec la Maison Européenne de la Photographie (MEP) et en proposant une programmation conjointe au travers d’expositions prestigieuses. Mérignac assoit alors la popularité de la photographie auprès du public de la région bordelaise. En 2012, l’exposition consacrée à Helmut Newton et Alice Springs, puis celle consacrée à Sebastiao Salgado en octobre 2013, toutes deux issues de la collection de la Maison Européenne de la Photographie, ont confirmé cet engouement en accueillant à chaque fois près de 10 000 visiteurs.


En octobre 2015, Mérignac lance l’idée d’un festival lors duquel le grand public pourrait découvrir les oeuvres de grands photographes mais également les rencontrer et échanger avec eux par le biais de workshops, de conférences et de lectures de portfolios. Bettina Rheims est la marraine de cette première édition, et Jean-Luc Monterosso, directeur de la Maison Européenne de la Photographie en est le directeur artistique. Entre octobre et décembre 2015, le Mérignac Photographic Festival a accueilli 10 300 visiteurs sur plusieurs sites de la ville.


C’est dans cette logique d’ouverture et d’échanges que l’Université Populaire de la Photographie a été créée en 2013 puis, « Les voyages immobiles », rencontres photographiques, en 2016.