Alain Anziani, maire de Mérignac, Marie Récalde, adjointe au maire déléguée à l’éducation et à l’innovation, Martine Berjot, conseillère municipale déléguée à la réussite éducative et à la vie scolaire et Monique Poitreau, conseillère municipale délégué à la vie scolaire ont présenté lors d’un point presse à l’école de Bourran, les modalités retenues par la municipalité pour mettre en oeuvre la semaine de quatre jours et demi à la rentrée 2014.

À la rentrée 2014, la réforme des rythmes scolaires va changer la vie quotidienne des 4 900 enfants scolarisés à Mérignac et de leurs familles. Ces modifications interviennent après une concertation de plusieurs mois. Avec un objectif : le bien-être de nos enfants. Et une méthode : un temps périscolaire compatible avec les contraintes des parents et des enseignants.

Mérignac a toujours mis l’éducation au centre de son action en lui accordant notamment le premier poste de dépense du budget municipal (30% du budget de la ville) ainsi que les effectifs municipaux les plus importants.

Alain Anziani souhaite que la réforme des rythmes scolaires engagée par l’Etat soit une opportunité pour proposer aux écoliers mérignacais et à leurs familles un projet éducatif de qualité en faveur de l’égalité des chances. C’est donc de manière extrêmement volontariste que la Ville de Mérignac a lancé une réflexion globale autour du temps scolaire en menant une concertation auprès des parents d’élèves, des associations, des personnels municipaux et de l’Education nationale.

Dans le nouveau découpage de la semaine de 4 jours et demi, trois séances hebdomadairesd’ « atelier découverte » pour les classes élémentaires et « atelier éveil » pour les classes maternelles sont prévues (voir guide « Mérignac à ton rythme » ci-joint). Elles ont pour but de familiariser les enfants à des activités culturelles ou sportives auxquelles ils n’ont pas accès dans le cadre scolaire. L’idée centrale est donc bien d’utiliser cette réforme pour élargir au maximum l’horizon des écoliers mérignacais.
L’aspect pratique est également pris en compte pour faciliter le quotidien des familles, ainsi, les élèves ont par exemple la possibilité de manger à la cantine le mercredi midi, de même, les centres de loisirs ont été multipliés et passent au nombre de 27 afin d’éviter trop de déplacements.

Cette nouvelle organisation, mise en place à la rentrée 2014, sera soumise à une évaluation après quelques mois de test. Son coût est évalué à 1 millions d’euros (soit 204 euros par élèves). 300 intervenants qualifiés seront mobilisés pour l’animation des ateliers découverte et atelier éveil.