Anticiper l’avenir, c’est prévoir. À l’échelle d’une ville, planifier un budget sur la durée d’un mandat se fait par le biais d’un Plan pluriannuel d’investissement (PPI). Ainsi, entre 2015 et 2020, Mérignac a prévu de réaliser plus de 85 millions d’euros d’investissements pour le développement de la ville et la qualité de vie des habitants.

Le contexte d'élaboration du budget est resté extrêmement difficile en 2015 : baisse des dotations, croissance en berne, nouvelles charges... Pourtant Mérignac parvient à poursuivre ses investissements, sans recourir à la hausse du taux des impôts. C'est le résultat croisé d'une parfaite maîtrise des dépenses et d'une bonne capacité d'auto-financement. La ville de Mérignac n’a pas modifié le niveau de la fiscalité en 2015. Il n'y a pas eu de hausse du taux d'impôt depuis 2009.

Interview d’Alain Anziani, maire de Mérignac.

Dans le contexte actuel, quel est l'intérêt d'un PPI ?

"Aujourd'hui, la principale difficulté des villes est de devoir faire aussi bien, sinon mieux, avec moins de recettes. L’impératif pour nous est donc de mieux dépenser, au plus près des besoins des habitants. Le PPI est l'un de ces outils de pilotage. Il permet d'avoir une analyse transversale et prévisionnelle. On peut ainsi faire des arbitrages, éviter les doublons ou rationaliser selon les priorités. Le PPI intègre également les délais de réalisation des projets. Les crédits sont inscrits selon un échéancier réaliste et uniquement pour les projets que l'on est certain de réaliser. C'est une autre façon d'optimiser la dépense publique."

Quelles sont les priorités d'investissement de la municipalité ?

"Notre but principal est d'accompagner au mieux la croissance démographique et économique de notre territoire tout en veillant au bien-être de nos habitants. Le PPI prévoit d'injecter 60 millions d'euros dans des opérations spécifiques à horizons 2020 et 25 millions pour financer les opérations récurrentes telles que l'entretien du patrimoine de la ville. Nous aurons ainsi autant investi que sur le mandat précédent, malgré le durcissement des conditions d'exercice. L'impact de cet effort se joue au niveau des services proposés à la population bien sûr, mais aussi sur l'économie locale : 70% de l'investissement public est assuré par les communes, générant emplois, soutien à l'activité, etc. Ces investissements sont au coeur de notre dynamique territoriale."

Concrètement comment cela va-t-il se traduire ?

"Le PPI est la traduction de nos objectifs pour le mandat. C’est par exemple adapter notre offre de services publics aux besoins des usagers quel que soit leur âge. Ainsi, nous réaliserons une cité de la petite enfance en centre-ville et une résidence municipale pour personnes âgées à Capeyron. La rénovation de plusieurs groupes scolaires est également prévue. Ainsi que celle des maisons de quartier de Beaudésert, d’Arlac, du Burck, de la Glacière et de Chemin Long. Sur le volet sportif, la création d’un stade nautique d’envergure métropolitaine fait aussi partie du PPI. Enfin, on peut citer toutes les actions d’embellissement de la Ville et la création d’un neuvième parc."