Urbanisme
Respecter l’identité architecturale des quartiers, limiter les opérations de logements collectifs aux zones de projets définies par la ville, créer des logements de qualité, renforcer la végétation, lutter contre la spéculation foncière…sont entre autres les objectifs de cette charte en 10 points destinée aux opérateurs immobiliers.

Mérignac est la première ville de la métropole à élaborer une charte de l’urbanisme et de la qualité de la ville.

Objectif de ce document : inciter les opérateurs immobiliers à plus de cohérence et de qualité dans les projets de constructions qu’ils proposent.

Découvrez cette charte en 7 questions !

A quoi sert cette charte ?

Cette charte a pour but de donner les grandes orientations que la Ville préconise en matière de construction et de cadre de vie : respecter l’identité architecturale des quartiers, limiter les opérations de logements collectifs aux zones de projets, créer des logements de qualité, favoriser la nature et la biodiversité en ville, prévoir des capacités de stationnement adaptées, lutter contre la spéculation foncière, organiser des temps de concertations avec les riverains et tenir compte de leurs observations…

A qui s’adresse cette charte ?

Aux promoteurs immobiliers, qui dès le début d’un projet et bien avant le dépôt d’un permis de construire sont ainsi informés des « règles du jeu » à Mérignac. Ils devront s’engager à en respecter les 10 grands principes. La charte sera aussi remise aux particuliers qui se rendent au service de l’urbanisme, cela permettra aux habitants de connaître les grandes orientations qui guident le développement de la ville.

La charte se substitue-telle au PLU (Plan Local d’Urbanisme) ?

Non, le PLU demeure le cadre réglementaire valable dans toute la métropole. En revanche, la charte de l’urbanisme complète le PLU et traite des sujets plus larges non pris en compte par ce dernier : les services et commerces qui accompagnent les nouvelles réalisations, l’alimentation énergétique des nouveaux bâtiments, les questionnements autour du paysage, la lutte contre la spéculation foncière…

Pourquoi mettre en œuvre une charte de l’urbanisme si le PLU est garant des normes règlementaires ?

Parce que la ville de Mérignac souhaite aller plus loin. Le nouveau PLU 3.1 est appliqué depuis février 2017. Mérignac a bien sûr participé à l’élaboration de ce document métropolitain. La ville a été guidée par quatre grands piliers : la volonté de concentrer les constructions dans les secteurs les mieux desservis, la préservation de l’identité des quartiers, le logement pour tous, une ville verte et un développement économique encadré. Néanmoins, le PLU 3.1 ne semble pas suffisant et la Ville de Mérignac souhaite se doter de cet outil supplémentaire pour garantir un cadre de vie harmonieux.

La charte a-t-elle une valeur juridique ?

La charte de l’urbanisme n’est pas un document opposable à l’inverse du PLU. En revanche, elle édicte les grands principes d’aménagement urbain que la ville souhaite mettre en œuvre. Dans le cadre d’un urbanisme négocié, les promoteurs immobiliers sont donc incités à en prendre connaissance dès le début de leurs projets afin d’en respecter les critères lors de leur dépôt de permis. Cette charte ouvre la discussion avec les promoteurs, il s’agit d’une démarche innovante et volontariste de la part de la ville.

Va-t-on moins construire à Mérignac ?

En effet, on construira beaucoup moins dans les secteurs pavillonnaires, les logements collectifs vont être concentrés dans les zones à projets. Depuis décembre 2016, deux fois plus de logements collectifs ont été refusés qu’en 3 ans sous l’ancien PLU. Bon nombre de chantiers en cours sont donc hérités de permis de construire délivrés il y a plusieurs années. A noter également, la charte insiste sur la qualité des constructions et de leur environnement direct, ainsi 10 000 arbres seront plantés dans le secteur de Mérignac Soleil.

Manque-t-on de logements à Mérignac ?

Le besoin de logements est impérieux dans toute l’agglomération. Mérignac étant une ville particulièrement attractive, les besoins en logements y sont tout aussi importants. Mais il ne s’agit pas de construire n’importe quoi n’importe où. Les nouvelles constructions de logements collectifs sont concentrées dans des secteurs dédiés, les « zones de projets ». Ces secteurs sont situés en centre-ville, à Pichey, à Marne / Soleil et à La Glacière. Ils ont pour particularité d’être desservis par les transports en commun, et notamment le tramway.


Découvrir la Charte de l'Urbanisme