Participation

Avec près de 200 projets, la 1ère édition du Budget participatif fut une réussite. Issu des idées et des envies des habitants pour leur commune, le Budget participatif 2019 de Mérignac a vu la concrétisation de onze projets sur les 197 proposés : des projets qui améliorent la vie de tous et qui répondent aux enjeux actuels de solidarité et de développement durable.

Un an après, où en sont leurs projets ?

La première édition a permis – entre autres – d’installer un frigo partagé devant la Maison des associations, de mettre en place un tourniquet accessible aux enfants handicapés dans le parc du Vivier, ou encore de créer un espace zen à l’école élémentaire de Bourran.


"Un projet utile, plébiscité par les cyclistes"


"En discutant avec les habitants de Capeyron, je me suis dit que des stations de gonflage pour les vélos pourraient améliorer le confort de tous. Nous en avons débattu au conseil de quartier et c’est bien ce projet-là que nous avons proposé au Budget participatif. Comme l’association Léon à vélo portait la même idée, nous nous sommes associés. Au départ, nous voulions faire une station sur le quartier. Finalement, il y en a un peu partout sur la commune, notamment, près des stations de vélos en location. Je vois que c’est utilisé par les cyclistes et j’en suis très heureux. Pour moi, c’est une joie de porter un projet utile : j’aime que les gens se sentent bien dans leur commune."
André Privat, Porteur du projet des stations de gonflage à Capeyron


"Mon poulailler mobilise une quarantaine de volontaires"


"J’ai entendu parler du Budget Participatif 2019 lors d’une réunion de quartier et j’ai eu envie de défendre la création d’un poulailler collectif, à la fois pour le côté écologique et pédagogique, mais aussi social. Aujourd’hui, la mise en place de ce poulailler mobilise une quarantaine de volontaires de toutes les générations. Nous travaillons ensemble, avec l’appui des services de la Ville et de l’association Tournesol. C’est passionnant, car tout le monde apporte ses idées. Nous avons défini un cahier des charges, une réglementation. Il va y avoir toute une logistique à mettre en place : chacun devra participer pour nettoyer le terrain, nourrir les poules, ramasser les oeufs... La construction de ce poulailler prend du temps, mais j’apprends plein de choses, à la fois sur les poules et l’environnement, mais aussi sur le plan humain, car c’est une aventure collective. À la fin, j’espère que nous ferons une omelette géante pour fêter ça !"
Patrick Gronier, Porteur du projet du poulailler collectif à Arlac

"Le résultat est là : les gens viennent avec leurs animaux"


"Je suis propriétaire de deux grands chiens et ce parcours canin au bois du Burck, j’en rêvais ! Il a été finalisé en janvier dernier et depuis, j’y amène mes chiens plusieurs fois par semaine. Là, ils peuvent évoluer sans laisse et c’est vraiment intéressant pour eux. Nous avons monté le projet à deux, avec Patrick Lefort. Au départ, Patrick et moi, nous n’avions pas tout à fait les mêmes idées. Il a fallu discuter, trouver des compromis et respecter les contraintes budgétaires. Mais le résultat est là, les gens viennent et je suis très content car j’ai le sentiment d’avoir apporté ma petite pierre à l’édifice et d’avoir été entendu par la mairie pendant toute la construction du projet."
Arnaud Dumonceau, Porteur du projet du parcours canin avec Patrick Lefort au Burck