Publié le 03/02/2023 : 

Travaux réseau de chaleur avenue du Truc et avenue Robinson :  la circulation et le stationnement seront impactés sur ces deux avenues . > Lire toutes les informations

Publié le 01/02/2023 : 

Un préavis de grève a été déposé pour le mardi 7 février 2023. > Lire toutes les informations

Publié le 27/01/2023 : 

Fermeture du stade nautique Jean Badet à partir du mardi 31 janvier. Seul l’accueil des clubs sportifs est maintenu jusqu’à l’ouverture de l’Aquastadium prévue le 20 février. > Lire toutes les informations

Publié le 05/09/2022 : 

Fermeture du parking de Casino pour les travaux de l'îlot Beaumarchais en Centre-ville > Lire toutes les informations

Fermer
26/09/2022
Min de lecture

Vigilance "feux de forêts" de niveau JAUNE en Gironde

Au vu des conditions météorologiques, la préfète de la Gironde a décidé d’abaisser la vigilance « risque feux de forêt » au niveau Jaune (vigilance moyenne / niveau 2 sur une échelle de 5) pour le département de la Gironde à compter de ce lundi 26 septembre 2022 à 0h00 et jusqu’à nouvel ordre.

Par conséquent, à cette date, les mesures de restrictions relatives à la circulation et le stationnement des véhicules à moteur, aux activités d’exploitation forestière, de travaux sylvicoles, de génie civil, de carbonisation et de sciage ainsi qu’aux activités ludiques et sportives seront levées.

Il reste cependant interdit à l’intérieur des bois, forêts et landes, et ce jusqu’à nouvel à une distance de 200 m :

  • d’utiliser du feu,
  • de fumer,
  • de jeter tout débris incandescent,
  • de procéder à des incinérations de déchets verts et brûlages dirigés, sauf autorisation dûment délivrée par le maire,
  • de pratiquer le camping isolé et le bivouac, sauf autorisation du propriétaire,
  • de tirer des feux d’artifice publics et privés, sauf autorisation du maire.

En savoir plus sur le site de la préfecture

A Mérignac ces interdictions concernent les zones boisées extra-rocade (Marchegay et le parc de Beaudésert), le bois du Burck et le parc du Château.

S’agissant de l’arrêté municipal d’interdiction de fumer dans les parcs, pris le 18 juillet 2022, il demeure applicable et ne sera abrogé qu’au passage en vigilance de niveau jaune par analogie avec les dispositions du règlement interdépartemental de protection de la forêt contre l’incendie.
 

Quelle est l'origine des feux de forêt et de végétation ?

On a tendance à croire qu’un incendie de forêt et de végétation est causé majoritairement par un aléa naturel telle que la foudre. C'est pourtant l’action humaine, intentionnelle ou non, qui est 9 fois sur 10 la source du départ de feu.

La forêt brûle mais, le plus souvent, le feu débute en dehors de la forêt, dans des friches, des bords de route, de voies ferrées, des jardins, des chantiers, des champs, des vignes. Plus la végétation est fine et sèche, plus elle s’enflamme vite. Aucun espace végétalisé n’est à l’abri du feu. Le changement climatique, qui contribue aux sécheresses et à ce que l'on appelle le "stress hydropique" des sols , accentue l’assèchement de la végétation qui devient plus inflammable et augmente ainsi le risque des feux de forêt et de végétation.

9 feux sur 10 sont d’origine humaine

L’activité humaine est la principale cause des déclenchements d’incendies, que ce soit du fait d’une activité économique : chantiers, activités agricoles notamment lors des moissons ou des écobuages mal maîtrisés, distribution d’électricité (ligne électrique qui se dilate...) ou bien d’une activité du quotidien.

En effet, même les travaux des particuliers, les jets de mégots de cigarette mal éteints, les barbecues ou feux de camp, les pétards, le brûlage de déchets verts, ou parfois les incendies de véhicules ou de poubelles, sont aussi la cause d'incendies plus graves.

La moitié de ces feux d’origine humaine est due à des imprudences ou des comportements dangereux.

Comment s'en prévenir ? Ayons les bons réflexes !

Passons de bonnes vacances, protégeons-nous et protégeons nos proches. Ayons les bons réflexes ! La prévention du risque incendie de forêt et végétation passe avant tout par des comportements responsables. 

En cas de sécheresse, de canicule ou de vent fort, un mégot mal éteint jeté depuis une fenêtre de voiture ou en bord de route, une étincelle dans un champ ou un jardin peut suffire à dévaster des hectares de végétation en quelques minutes seulement. Un simple geste qui peut avoir de graves conséquences sur la nature, détruire des habitations, des entreprises et des campings, tuer des animaux et même menacer des vies humaines.

Les conditions météorologiques sont de plus en plus propices au feu, mais 9 feux sur 10 pourraient être évités grâce à une plus grande vigilance et à l’adoption de quelques gestes simples :

  • Vous êtes fumeur ? Jetez vos mégots dans des cendriers. Si vous fumez dans votre voiture, soyez vigilant concernant les cendres incandescentes qui peuvent partir depuis une fenêtre ouverte.
  • Vous coupez de la végétation dans votre jardin ? Mettez vos déchets verts à la déchèterie, attendez le prochain ramassage de déchets verts dans votre quartier, ne les brûlez pas dans votre jardin !
  • Vous aimez les feux d’artifice ? Laissez les professionnels les organiser pour le plaisir de tous.
  • Vous organisez un barbecue ? Faîtes-le chez-vous ou dans un espace dédié, sur une terrasse, plutôt qu’en pleine nature et loin des broussailles qui peuvent flamber. 
  • Vous bricolez en plein air ? Pensez à débroussailler votre jardin. Travaillez loin des espaces sensibles afin de les protéger des étincelles et prévoyez un extincteur pour éteindre le feu immédiatement.
  • Vous stockez du bois ou du gaz en extérieur ? Éloignez-les des murs de votre maison et si possible mettez-les dans un abri.

Ayons les bons réflexes : ainsi les feux de forêt et de végétation pourront être évités toute l’année.

Que faire en cas de départ de feu ?

En cas d’incendie, avoir les bons réflexes peut aider à se protéger et à protéger autrui :

  • Alerter : témoin d'un début d'incendie, donnez l'alerte en appelant le 112, le 18 ou le 114 (personnes malentendantes) et essayez de localiser le départ de feu en indiquant l’adresse ou si possible la géolocalisation au moyen d’un téléphone portable. Suivez les consignes des pompiers, votre habitation est le meilleur abri si vous avez bien débroussaillé votre jardin et éloigné les combustibles des murs.
  • Se protéger : mettez-vous à l'abri dans une habitation en attendant l'intervention des secours. La voiture n'est pas un abri sûr car elle pourrait s’enflammer.
  • S'informer : restez informé de la situation et se conformer aux consignes des secours et/ou de la mairie.

Comment se protéger dans son habitation en cas de feu ?

  • Tuyau d'arrosage : avant l’arrivée du feu, rentrez votre tuyau d’arrosage. Il pourra être utile après le passage du feu, pour éteindre les dernières braises.
  • aération : bouchez les aérations et les bas de porte pour vous assurer que les fumées toxiques et les flammèches ne puissent pas pénétrer à l’intérieur de votre habitation.
  • linge humide : couvrez-vous le nez et la bouche d’un linge humide pour vous protéger de la fumée.

Comment anticiper et protéger son habitation ?

  • Combustible : si possible, anticipez en évitant de coller du bois, fuel, bouteille de gaz, etc. aux murs de votre logement : leur présence pourrait intensifier le feu et le propager à votre habitation.
  • Débroussaillage : entretenez votre jardin! L’objectif est d’éviter que le feu n’atteigne votre habitation. Dans les zones à risque, c’est une obligation.
  • Construction : Si vous habitez dans une zone couverte par un plan de prévention du risque de feu de forêt, adaptez votre maison pour votre sécurité (volet, gouttière, toiture, aération, etc.).

80 % des feux se déclenchent à moins de 50 mètres des habitations

Les imprudences liées aux travaux et aux diverses activités de loisirs (pique-nique, camping sauvage, feux d’artifice, bricolage, etc.) se déroulent souvent à proximité de parkings, aux abords des forêts ou dans les jardins. La plupart des feux prennent naissance près des zones habitées. Peu d’imprudences ont lieu au coeur des forêts.

Par ailleurs, les études scientifiques concluent que le dérèglement climatique, par l’augmentation de l’intensité et de la durée des sécheresses et des températures caniculaires, favorisera l’éclosion et le développement des feux. En effet, lorsque la végétation est asséchée par manque de pluie, elle permet le départ d’un feu à la moindre étincelle ou braise (mégot mal éteint) et sa propagation rapide. Le risque s’intensifie encore d’avantage s’il y a du vent. Le vent attise le feu et favorise le transport de flammèches à plusieurs centaines de mètres du front de flammes.

Les usagers de la route sont aussi concernés par les feux car ces derniers peuvent être à l’origine d’un geste imprudent. Même s’il est désormais interdit de jeter un mégot sur la voie publique sous peine d’amende, cette mauvaise habitude est encore présente. Un mégot mal éteint, abandonné dans la végétation sur une aire d’autoroute ou jeté par la fenêtre d’un véhicule, peut être à l’origine d’un feu.

Bien souvent, ce sont les gestes du quotidien qui sont à l’origine des départs de feux, tels que jeter un mégot de cigarette, allumer son barbecue au milieu de son gazon, faire des travaux provoquant des étincelles à proximité d’herbes desséchées. Ces gestes a priori anodins peuvent avoir de lourdes conséquences.

2022, des conditions météorologiques qui nécessitent de redoubler de prudence

Les conditions météorologiques (sécheresse, température et vent) ont une forte influence sur la sensibilité de la végétation au feu et sur la vitesse de propagation.

Selon Météo-France, le printemps 2022 se range au troisième rang des printemps les plus secs depuis le début du XXe siècle, derrière 2011 et 1976, année de sécheresse historique. Il s’est également classé troisième printemps le plus chaud. Ceci est lié notamment à un mois de mai le plus sec jamais enregistré, avec des cumuls de pluies inférieurs à 20 mm sur une grande partie du territoire, et le plus chaud avec une température moyenne de 17,8 °C, soit un degré de plus que le précédent record de mai 2011. La sécheresse des sols correspond à celle habituellement relevée mi-juillet. En ce début d’année 2022, toutes les régions enregistrent un nombre de feux au-dessus des moyennes enregistrées au cours des 10 dernières années.